24 novembre 2017 veillée vendéenne à La Tourlandry animée par Dominique Lambert, foyer Saint-Vincent à partir de 20h.

jeudi 16 janvier 2014

Éphémérides des 16, 17 et 18 janvier 1794

- Jeudi 16 janvier 1794

A Angers on guillotine Joseph Garnier, né à Angers, tisserand.

- Vendredi 17 janvier 1794

A Angers on guillotine : François Aubey, natif de Condé-sur-Noireau (Manche), caissier des mines de Montrelais; Etienne Misset, né à Sedan, inspecteur des mines de France et directeur de celles de Montrelais; Pierre Petiteau, né à Varades, ci-devant vicaire d'Auvernay, district de Chateaubriant, non assermenté. A Nantes on fusille 97 vendéens tous executés aux carrières de Gigant. A Noirmoutier on fusille Mme d'Elbée et Mme Mourin de l'Herbaudière.

Ordre du jour du général Tureau, donnant l'itinéraire de la "promenade" des douze "colonnes infernales".  Turreau précisait: "On emploiera tous les moyens de découvrir les rebelles, tous seront passés au fils de la baïonnette; les villages, métairies, bois, landes, genêts et généralement tout ce qui peut être brûlé, sera livré aux flammes...", etc.

Nantes, Gigant.
Monument commémoratif
des fusillades de 1794.
Champ-des-Martyrs – troisième fusillade 250 victimes, dont 80 femmes environ, parmi lesquelles : Marie Deniau, femme de François Gaultier, homme de loi, 42 ans, de la Chapelle-du-Genêt, belle-mère de Louis Lhuillier, officier vendéen; Victoire Gusteau, née à Fontenay-le-Comte en 1743, béatifiée le 19 février 1984; Charlotte Lucas, fille d'un marchand sellier, née à Chalonnes-sur-Loire le 1er avril 1752, y résidant, maîtresse d'école, et chargée du soin des malades. Béatifiée le 19 février 1984. Marie Pichery, née à Chalonnes, le 30 juillet 1754, veuve de Bertrand Delahaye, tonnelier, béatifiée le 19 février 1984. Monique Pichery, sœur de la précédente, née le 4 avril 1762, béatifiée le 19 février 1984. Le père des sœurs Pichery était tonnelier. Félicité Pricet, née vers 1745 à Châtillon-sur-Sèvre, y résidant, béatifiée le 19 février 1984.

A Nantes - On fusille 57 hommes à Gigant.

- Samedi 18 janvier 1794 – Réunion des généraux républicains commandant les colonnes infernales. Tureau leur fait connaître leur ordre de marche.



Procès de Louis XVI

- Jeudi 17 janvier 1793

Le temps : le vent vient du Nord. Il gèle. Temps couvert toute la journée (Journal de Guittard de Floriban). Dans la matinée Louis XVI est condamné à mort.

- Vendredi 18 janvier 1793 - Il gèle très fort (Guittard de Floriban).

Après le comptage, les résultats du vote donnent :

- Pour la mort sans condition : 387
- Pour la mort conditionnelle ou la détention ou le bannissement : 334
-Absents et non votant : 28

- Total : 749


Un aspect de la salle de la Convention nationale,
lors de la comparution de Louis XVI,
le mardi 11 décembre 1792.
- Les trois avocats du roi – François-Denis Tronchet (1726-1806), Malesherbes (1721- guillotiné le 22 avril 1794), R. de Sèze (1748-1828) – se rendent au Temple pour informer le roi du résultat du vote. Scène poignante. Beauchesne raconte : "Malesherbes ne peut contenir sa douleur; il se jeta aux pieds du roi, et, suffoqué par les sanglots, il resta plusieurs instants sans pouvoir parler. Louis XVI le releva et le serra dans ses bras avec effusion : "Je m'attendais à ce que vos larmes m'apprennent; remettez-vous donc, mon cher Malesherbes. Tant mieux, oui, mieux vaut sortir enfin d'incertitude ! Si vous m'aimez, loin de vous attrister, ne m'enviez pas le seul asile qu'il me reste". A la demande de ses avocats, Louis XVI accepta d'écrire de sa main et de signer une déclaration dont voici un extrait : "Je dois à mon honneur, je dois à ma famille de ne point souscrire à un jugement qui m'inculpe d'un crime que je ne puis me reprocher. En conséquence, je déclare que j'interjette appel à la nation elle-même du jugement de ses représentants..."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire