24 novembre 2017 veillée vendéenne à La Tourlandry animée par Dominique Lambert, foyer Saint-Vincent à partir de 20h.

jeudi 20 février 2014

21 février 1794 - Noël Pinot guillotiné à Angers, place du Ralliement

Début d'un feuilleton écrit par 
le chanoine Tricoire et illustré par Maurice Pouzet, 
publié dans le Courrier de l'Ouest en 1963

Né à Angers, le 17 décembre 1747, faubourg Bressigny (l'emplacement de sa maison est marqué d'une plaque commémorative), il fut ordonné prêtre en1771. D'abord vicaire à Boussé au diocèse du Mans, puis à Coutures (octobre 1774), à Corzé (en 1776), il devint  aumônier de l'hôpital des Incurables à Angers. Enfin il devint curé de l'importante paroisse du Louroux-Béconnais (3 septembre 1788). Partout il se montra d'une "inépuisable charité". Il refusa le serment et expliqua, en chaire, les raisons de son refus. Après un internement à Chartres, et un bannissement  de deux ans "à huit lieues du Louroux-Béconnais", il se réfugia à Corzé où il fut bientôt dénoncé. Il regagna Beaupréau. A la fin du mois de novembre on le retrouve au Louroux-Béconnais. Avec l'arrêté du 1er février 1792 - obligeant les prêtres réfractaires à se réfugier à Angers - il préfère la clandestinité. Il se cache dans la région de Beaupréau, notamment à Saint-Macaire. Au mois de juin 1792, il est de nouveau au Louroux, la paroisse dont il est le véritable pasteur, et où il exerce le culte, ainsi que dans les paroisses environnantes : La Cornuaille, Angrie, Villemoisan, Belligné, Vern, Bécon... Il trouve refuge au village de Piard, à Lasseron, aux Foucheries, à Quintonnay, La Pinellière, La Grange, La Roterie, La Menantais... Le 9 février 1794, il est arrêté à la ferme de la Milandrie. Le 21 février suivant, la Commission militaire le condamne à mort. Il est guillotiné le même jour, place du ralliement, à quatre heures "de relevée", recouvert de ses habits sacerdotaux.
Buste de Noël Pinot
Messe clandestine 
célébrée par Noël Pinot
Mgr Angebault fit procédé, en 1864, à une enquête canonique "sur la vie et les vertus de Noël Pinot". Sa cause fut introduite en cour de Rome le 24 février 1905. Sa béatification fut proclamée le 31 octobre 1906 et sa fête fixée au 21 février.
On peut voir dans l'église du Louroux-Béconnais différents souvenirs de la vie du bienheureux, notamment le coffre dans lequel il s'était caché à La Milandrie. On trouvera dans les églises de Saint-Joseph et de Sainte-Thérèse, à Angers, ainsi qu'au Louroux-Béconnais des peintures murales présentant Noël Pinot montant à l'échafaud. Sa statue par Léon Morice se voit à la cathédrale d'Angers et dans plusieurs églises du diocèse, etc.
Il existe une importante littérature sur la vie de Noël Pinot, le bienheureux le plus populaire de l'Anjou.
Le vendredi 21 février 2014 une messe pour l'abbé Noël Pinot sera célébrée au couvent de l'abbaye de La Haye aux Bonshommes, à Avrillé (10h00). Nous lui demanderons de prier pour nous.


La Milandrie, là où fut arrêté Noël Pinot


Noël Pinot montant à l'échafaud, le 21 février 1794




Introduction de la cause de Noël Pinot en cours de Rome


Médaille réalisée par Robert Huault-Dupuy

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer