24 novembre 2017 veillée vendéenne à La Tourlandry animée par Dominique Lambert, foyer Saint-Vincent à partir de 20h.

mardi 10 janvier 2017

Figaro du 10 janvier 2017 : Des visites de chantier payantes pour rénover la basilique de Saint-Denis

Crédits photo : Catherine Shepard/Rue des Archives
           Pour rendre à la basilique sa flèche de 90 mètres de haut, élus et associations de Saint-Denis veulent s’inspirer du modèle du château de Guédelon (Yonne). Ils prévoient un chantier touristique dont l’accès payant financerait les travaux.
         Le succès de Guédelon (dans l’Yonne) pourrait bien faire des émules. Ce projet, un peu fou à l’origine, visait à construire de A à Z un château médiéval exclusivement avec les techniques disponibles à l’époque. Une expérience prévue sur 30 ans et qui devait être financée en faisant de ces travaux une attraction touristique dont l’accès et la visite seraient payants.
      Le résultat a dépassé toutes les espérances puisque le chantier lancé en 1997 est devenu le deuxième site touristique de Bourgogne avec plus de 300.000 visiteurs par an et un achèvement qui devrait avoir lieu vers 2023.


La basilique, telle qu’on pouvait la voir avant 1845. Crédits photo Rue des Archives/Tallandier
         S’appuyant sur cette réussite, l’association Suivez la flèche compte reprendre le même principe pour financer son projet de remontage de la flèche de la basilique de Saint-Denis, comme l’a repéré Lemoniteur.fr.
       L’association qui fédère élus, techniciens et enthousiastes de tout bord, compte faire revivre cette flèche qui se dressait à près de 90 mètres de haut depuis 1219, avant d’être démontée pierre par pierre en 1845 à la suite d’un violent ouragan qui avait fragilisé l’édifice.
     L’idée serait de réinstaller cette flèche en s’appuyant sur les plans détaillés, conservés à la médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

Un budget compris entre 12 et 13 millions d’euros

          La basilique actuelle, sans sa flèche.
          Désormais, le projet attend le feu vert de la Commission nationale des monuments historiques qui doit se réunir le 30 janvier.
     Pour ses promoteurs, dont l’académicien Erik Orsenna, président du comité de pilotage, cette formule n’aurait que des avantages. C’est bien sûr une manière d’autofinancer le projet si tout fonctionne comme prévu, mais surtout l’occasion de créer une dynamique touristique autour d’un monument qui n’exprime pas son véritable potentiel touristique.
     Le budget du projet serait compris entre 10 et 12 millions d’euros et devrait s’étaler sur une dizaine d’années. Au cours des trois premières années, les projections tablent sur une fréquentation d’au moins 100 000 à 155 000 visiteurs pour un chiffre d’affaires compris entre 745 000 et 1,1 million d’euros. 
    Les ressources annuelles pourraient ensuite osciller entre 1 et 1,5 million d’euros pour une fréquentation qui atteindrait 200 000, voire 300 000 personnes. 
    Une fois l’agrément des Monuments Historiques obtenu, il restera à monter l’échafaudage. Les premières visites du public pourraient intervenir dès le printemps 2018.

L’état actuel (août 2016) du chantier de Guédelon, ce château médiéval construit avec des techniques d’époque dans l’Yonne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire