Le numéro 127 de Savoir chez vous d'ici une dizaine de jours...

mercredi 22 mai 2019

Savoir n°127 chez l'imprimeur

Un numéro spécial consacré à la duchesse de Berry

Cliquez sur l'image pour feuilleter quelques pages du numéro

Conférence de Pierre Gréau, au Poisson d'Argent le 18 mai 2019


Communiqué de Mgr le duc d'Anjou, chef de la Maison de Bourbon en soutien à Vincent Lambert, le 20 mai 2019


Montejurra, 5 mai 2019

Le 5 mai denier se tenait une grande manifestation carliste à Montejurra, en présence de S.A.R. Charles-Xavier de Bourbon-Parme et de son épouse. Nos amis carlistes, Sulpi, Esteve... nous ont adressé  quelques photos de cette cérémonie.






Nouvelle réflexion de Raphaël Charbonneau sur l'incendie de Notre-Dame

Et toi-même un glaive de douleurs te transpercera le cœur afin que se révèlent les pensées intimes d’un grand nombre.

Un glaive de douleur : la flèche enflammée de la cathédrale qui constitue le cœur de la France a bien transpercé la croisée du transept de Notre Dame.
L’autel « moderne » placé à cet endroit s’en est trouvé abimé alors que le véritable autel placé au fond du cœur est resté intact avec les statues de Louis XIII, Louis XIV et de la Piéta, et la croix d’or comme pour dire « voyez, comprenez ce que cela veut dire…. »


vendredi 19 avril 2019

L'incendie de Notre-Dame : une réflexion de notre adhérent Raphaël Cherbonneau

Notre Dame : L’incendie du cœur de la France

C’est la semaine Sainte de l’an de grâce 2019.
Le lundi 15 avril l’embrasement du toit de Notre Dame de Paris a provoqué des réactions dans le monde entier.
Et nous avons sous nos yeux une suite d’évènements très chrétiens ; par chrétien je veux dire passion, croix, mort, désespoir et puis … résurrection !
Depuis bien des années la ferveur catholique s’est refroidie en France, les français ont déserté les églises, on parle de les vendre, on les laisse à l’abandon, on en fait des salles de théâtre ou de concert.
Soudain tous les regards se tournent vers Notre Dame, la cathédrale connue dans le monde entier, le monument le plus visité de Paris, haut lieu touristique. Les catholiques prient et chantent « je vous salue Marie », les bobos regardent sans comprendre, certains y vont même de leur commentaires blessants et méprisants.
Mais une chose est certaine personne n’est resté indifférent !
La flèche enflammée s’est effondrée, transperçant la voute de la cathédrale …
« Et toi-même un glaive de douleur te transpercera le cœur ! »
Le coq (gaulois) qui ornait le sommet de la flèche est définitivement perdu ! Il contient des reliques :
Une épine de la couronne du Christ, une relique de Ste Geneviève et de Saint Denis, tout cela définitivement perdu ! Mais non ! Miracle … Le coq intact ou presque est retrouvé dans les décombres !
Le trésor de Notre Dame est sauvé par les pompiers de Paris et le coq retrouvé par un artisan.
Cela me remémore une histoire survenue en Russie. Celle d’une vieille Icone oubliée représentant « LA GOUVERNANTE » ; la Mère de Dieu ; Notre Dame !
Cette Icone fut cachée en 1812 dans un monastère devant l’avancée des troupes Françaises de Napoléon. Et retrouvée grâce à un songe d’une paysanne Russe le 26 février 1917.Cette Icone est accompagnée d’une inscription en lettres cyrilliques qui traduite dit : « Image : De la très Sainte Mère de Dieu qui gouverne »
Le plus grand miracle de cet incendie est que des personnes à la foi tiède se sont remises à prier devant ce spectacle de désolation.
Comment passer sous silence Sainte Geneviève, qui par sa ferveur religieuse a remis les parisiens à la prière et retourné une situation catastrophique alors que les drakkars des normands étaient arrivés à l’ile de la cité !
Comment ne pas voir que l’incendie de Notre Dame de Paris est survenu exactement à l’instant ou le discours très médiatisé de celui qui se croit autorisé à gouverner devait être diffusé !
 Notre Dame lui a repris le sceptre de l’autorité !
Elle a pris la première place sur tous les écrans de France ET DU MONDE  éclipsant définitivement ceux qui se croient autorisés à mettre le peuple de France en esclavage.
Les Bolchéviques et surtout Adolphe Hitler on traités les Russes d’esclaves (amalgame entre slaves et esclaves)… Quelle ignorance ! SLAVE veut dire GLORIEUX en langue Russe !
Et l’histoire ne se finit pas là. L’icône de la Gouvernante a été retrouvée dans le cave du monastère de KOLOMENSKOÏE le 2 mars 1917, le jour de l’abdication du Tsar Nicolas II.
Je cite : «  Et Nicolas II avait une dévotion exceptionnelle pour la mère de Dieu. En ces heures tragiques, il l’avait supplié de ne pas abandonner son peuple ! L’Icône venait apporter la réponse de la Reine Du Ciel : Elle conduirait, à travers d’innombrables souffrances, le peuple qui lui avait été confié, vers le repentir et le retour à Dieu. »
En 2019, 230 ans après 1789, le peuple de France se révolte, et est réprimé avec violence et se trouve également dans une grande souffrance …
La conclusion est que la Mère De Dieu, NOTRE DAME, n’a pas abandonné la France, ni le peuple de France qui lui a été confié par LOUIS XIII.
« Priez, Priez, mon fils se laisse toucher » disait la Vierge à Pontmain en 1871 avant de stopper les troupes prussiennes avant leur entrée en Bretagne !

Je vous laisse le soin de conclure !
Ecrit le Vendredi Saint 19 avril2019, 

R Ch.






mercredi 17 avril 2019

Le courrier de ce jour présente le numéro 126 de Savoir

Courrier de l'Ouest, 17 avril 2019

Notre-Dame de Paris - La réaction de Philippe de Villiers


Texte écrit pour Le Figaro du 17 avril 2019

« Nous sommes tous des bâtisseurs »


Ce fut une nuit blanche. Sans sommeil. Une nuit tragique. Une nuit allégorique aussi. D’abord il y eut les flammes, le ciel assombri par les nuages de soufre, le silence sépulcral, – un silence de cathédrale –, tout autour de cette arche de feu, immolée, sans défense ni secours. La foule des errants de la post- mémoire, qui regardait, bouche ouverte, incrédule : « Notre-Dame brûle ! ». Puis, brandies par des nacelles, comme des coquilles de noix face à la mer de feu, les lances sont arrivées, trop courtes, dérisoires. On aurait dit des seaux d’eau du Moyen-Âge. La bataille est perdue d’avance.