banderole

Le prochain Savoir vous sera adressé courant juin sous la forme d’un numéro double de 96 pages. L'Assemblée Générale se tiendra le 24 septembre 2022 comme prévu.

mardi 31 mai 2022

Au carrefour de l’Histoire de France, par Henry Renoul


pastedGraphic.png


La Vendée, quelle soit administrative ou militaire, est le département-province qui a suscité le plus d’essais historiques, depuis deux siècles. Il fallait donc un nouvel angle pour renouveler l’intérêt permanent des lecteurs de Vendée et d’au-delà ! Charlotte de Villiers l’a trouvé en inscrivant la Vendée « au cœur de l’Histoire de France, recensant dans ses deux millénaires les personnages et les évènements qui dépassent l’étroit cadre territorial du département créé en 1790.

D’abord une présentation soignée des éditions « La Geste » avec en illustration de couverture quelques un des personnages évoqués dans l’ouvrage : Aliénor, Clemenceau, Cathelineau, Richelieu ou Gilles de Rais ! Ensuite une très importante et parfois rare collection de photos qui illustre les 23 grands chapitres de l’histoire du Bas-Poitou, devenue Vendée, voire Grande Vendée.  Enfin une écriture simple et accessible de ce qu’il faut absolument savoir quand on se revendique « Vendéen ». Les premiers chapitres décrivent d’ailleurs les modifications des limites administratives des provinces entre Bretagne, Anjou et Poitou, sous la dynastie de ses comtes, les Ramnulfides, puis plus loin des diocèses entre Nantes, Angers, Luçon, Maillezais et La Rochelle, laissant subsister jusqu’à la Révolution des Marches communes entre provinces qui seront souvent les lieux des paroisses les premières soulevées en 1793.

C’est d’ailleurs par cette épopée et sa terrible répression génocidaire que la Vendée a trouvé sa place dans l’Histoire. Charlotte de Villiers a choisi le Pardon de Bonchamps, l’acte magnanime du général vendéen mourant et choisissant de gracier les prisonniers républicains. Deux encartés racontent et expliquent l’épopée de la Duchesse de Berry défendant son fils Henry, dernier Bourbon direct dont le trône est usurpé par Louis-Philippe d’Orléans et la si attachante « Petite Église de Vendée » résistante au progressisme du Concordat de 1802.

Mais il était nécessaire, voire indispensable que l’on se souvienne de la place du Poitou dans la France : les saints Hilaire et Philibert, Rabelais, Richelieu, le Père de Montfort, Clemenceau, de Lattre y ont toute leur place dans l’Histoire de France ! Une mention particulière pour Aliénor d’Aquitaine, et une évocation de Jehanne d’Arc par l’intermédiaire de Gilles de Rais qui fut son maréchal avant de sombrer.

Les grands évènements de la moderne Vendée – Puy du Fou, Vendée-Globe, visite de Soljénitsyne à l’occasion du bicentenaire vendéen –, les missionnaires, les artistes , les écrivains tel Jean Yole ou René Bazin concluent cet ouvrage qui trouvera sa place dans toutes les bibliothèques vendéennes de la géographie et de l’esprit.


Henry Renoul


Dédicaces :

  • Cahiers Lamartine, Les Sables d’Olonne 18 juin 10h/17 h
  • Hyper U, Les Herbiers 25 juin de 10 à 12h30
  • Médiathèque, Saint-Laurent-sur-Sèvre 2 juillet de 15h à 18h
  • La Vendée, Carrefour de l’Histoire de France

Édité par La Geste, 11 rue Norman-Borlaug 79260 La Crèche

www.gesteditions.com 29,90 Euros


jeudi 26 mai 2022

La Vendée Militaire est en deuil

    Nous avons appris le rappel à Dieu de notre adhérent et ancien vice-président de la Vendée Militaire, M. Jean Pivert, survenu le 20 mai dernier, muni des sacrements de l’Église. Sa messe de sépulture a lieu hier à Notre-Dame des Victoires à Angers. 

    Jean Pivert nous avait accueillis avec générosité, le 22 octobre 2011, à La Saulaie à Martigné-Briand. La Vendée Militaire avait posé ce jour-là une plaque commémorative sur une croix dédiée à madame de Cambourg située à l’entrée de sa propriété. Une nombreuse assistance était présente parmi laquelle une délégation espagnole des requétés avait fait tout spécialement le déplacement.

    Jean Pivert était pour nous tous un ami particulièrement précieux et chaleureux avec notre mouvement. Il était encore parmi nous, à Montjean-sur-Loire, lors de la projection du film de Patrick Buisson : Les manants du Roi. Son souvenir parmi nous ne s’effacera pas. 

    La Vendée Militaire présente ses biens sincères condoléances à sa famille et l’assure de ses prières.

mardi 3 mai 2022

Dans Lectures françaises

 Cette revue trimestrielle vient de publier en avril 2022 son numéro 780. Fondée en 1957 par le regretté Henry Coston et reprise par Jean Auguy, elle a pour directeur, aujourd'hui, François-Xavier d'Hauteville. Depuis, 65 ans, la revue nous renseigne sur la politique française souvent nocive pour notre pays. Lecture française est probablement la revue contre-révolutionnaire qui existe aujourd'hui. Lisez ce dernier numéro et vous en conviendrez (DPF VAD BP 70001 86190 Chiré-en-Montreuil Tel: 05 49 51 83 04

Ce numéro 780 contient une note (pp. 65 et 66) écrite par Mickaël Savigny. Merci à lui. Nous donnons ici le texte de cette note.


D.L.






samedi 23 avril 2022

Communiqué de la Vendée Militaire

 Chers amis de la Vendée Militaire,

Dominique
Lambert de La Douasnerie
Président fondateur

    Alors que nous étions sur le point d’achever la revue Savoir, notre président fondateur a rencontré des ennuis de santé nécessitant une hospitalisation en urgence d’une quinzaine de jours. 

    Sorti de ce mauvais pas, mais très fatigué, il doit encore se reposer quelques jours. 

    Cependant, début mai, il sera de nouveau à son écritoire pour terminer la revue Savoir qui se présentera une nouvelle fois sous la forme d’un numéro double de 96 pages qui vous sera adressé courant juin.


Sophie 
Lambert de La Douasnerie
Trésorière

L’évènement imprévu, auquel notre président a été confronté, a contraint la Vendée Militaire à revoir le calendrier des publications de Savoir pour cette année. 

Aussi, au lieu de proposer comme nous l’avions envisagé trois revues de 64 pages (afin de maintenir un lien plus rapproché avec les adhérents dont les plus nombreux sont éloignés géographiquement du siège social), nous sommes dans l’obligation cette année de vous faire parvenir encore deux numéros doubles de 96 pages (parution en juin et décembre 2022).     Vous recevrez donc l’équivalent en nombres de pages de 4 numéros de 48 pages, ou de 3 numéros de 64 pages, sous la forme de 2 numéros doubles de 96 pages.

  L'assemblée générale se tiendra le 24 septembre prochain comme prévu et permettra de procéder aux élections du Comité d'Administration et du Bureau. 

    Le président remercie dès maintenant ceux qui ont proposé leur candidature pour renforcer l'équipe de la Vendée Militaire dont la mission sera de piloter avec le président fondateur notre association durant les cinq prochaines années.


Henry Renoul
premier vice-président
La direction de la revue s’excuse de ce changement imprévisible concernant le rythme de la publication de Savoir pour cette année. Malgré l’épreuve que surmonte notre président, Dominique Lambert de La Douasnerie n’a jamais cessé d’administrer la Vendée Militaire par l’intermédiaire de notre  trésorière. Il continue à assurer le bon fonctionnement de notre mouvement. Il confirme comme nous tous son attachement aux principes dynastiques et religieux définis lors de la création de la Vendée Militaire en 1976.


Ingrandes le Fresne sur Loire, le 23 avril 2022

pour le président Dominique Lambert de La Douasnerie

Sophie Lambert de la Douasnerie, trésorière

 Henry Renoul, premier vice-président


jeudi 17 mars 2022

Un film très attendu

 


Puy-du-Fou Vendée :

Charette bientôt à l’honneur 

dans un film à grand spectacle 



Couronné à deux reprises Meilleur Parc du Monde, le Puy du Fou tourne actuellement sa première réalisation cinématographique, Vaincre ou Mourir, en partenariat avec Canal+ et Studiocanal.


Le grand voyage dans le temps du Puy du Fou va désormais se poursuivre sur tous les écrans, avec un film à grand spectacle, véritable fresque épique, qui fera entrer les spectateurs dans l’intimité d’un héros fran­çais.


Charette à l’honneur dans « Vaincre ou Mourir »


Déjà à l’honneur du spectacle « Le Dernier Panache » dont il est le personnage principal, François Athanase Charette, dit « Charette », a déjà séduit 10 millions de spectateurs venus au Puy du Fou. L’incroyable destin de ce héros français oublié par l’Histoire sera porté à l’écran dans Vaincre ou Mourir.
Cet officier de marine, vainqueur de la Guerre d’Indépendance Américaine, voit sa vie basculer en 1793 quand il s’engage dans un ultime combat pour la liberté.

 


.
Un film épique basé sur des sources historiques fiables


« La Vendée ne peut être complètement expliquée que si la légende complète l’Histoire. Il faut l’Histoire pour l’ensemble et la légende pour les détails. » Victor Hugo (Quatre-Vingt Treize).
Cette citation de Victor Hugo résume à elle seule l’esprit de « Vaincre ou Mourir », la première production de Puy du Fou Films. Mise en scène comme un grand film épique, elle est construite sur une solide documentation, avec la participation d’historiens spécialistes de la Révolution Française: Jean-Clément Martin, Nicolas Delahaye ou Anne Rolland-Boulestreau, experts de renom de cette époque méconnue de l’Histoire de France.

 

La distribution


Hugo Becker interprétera Charette.

Jean-Hugues Anglade, Rod Paradot, Constance Gay, Gilles Cohen, Anne Serra, Dorcas Coppin, Francis Renaud ou encore Grégory Fitoussi, lui donneront la réplique.


Le savoir-faire du Puy du Fou


Ce film, ambitieux et grand-public, s’appuie sur le savoir-faire artistique et les installations uniques du Puy du Fou : des décors authentiques, 60 000 costumes, 230 chevaux de spectacle, un vivier de milliers d’artistes (cascadeurs, cavaliers, danseurs, escrimeurs), plusieurs dizaines d’hectares de terrain naturel, des ateliers de construction de décors et de confection de costumes, 500 chambres d’hôtels et 23 restaurants.


1ère réalisation pour Le Puy du Fou Films


Réalisé par Paul Mignot et Vincent Mottez sur une idée originale de Nicolas de Villiers, Président du Puy du Fou, cette création originale sera distribuée par Studiocanal et les chaînes du groupe Canal+ dès 2023.

Puy du Fou Films, entité dédiée à la production cinématographique et audiovisuelle, devient le prolongement de l’ambition du Puy du Fou (45 ans d’expérience) en matière de grand spectacle, pour lui donner vie sur grand écran. Guidée par l’inspiration originelle du Puy du Fou, elle souhaite proposer des productions originales (films, séries, documentaires) inspirées de la grande Histoire et de ses légendes pour le cinéma et les grandes plateformes. Vaincre ou Mourir sortira en salle de cinéma en 2023.


Ce premier film ouvre la voie à d’autres projets audiovisuels, longs-métrages et séries, produits par Puy du Fou Films, la nouvelle entité de production audiovisuelle destinée à mettre en scène des histoires sur les écrans.
.


FICHE TECHNIQUE

Titre : Vaincre ou Mourir (durée: 110 mn)

Date de sortie: 2023


Réalisateur : Paul Mignot – Scénario : Vincent Mottez

Paul Mignot est un réalisateur chevronné dans le monde du court métrage et de la publicité, notamment réalisateur du court-métrage français le plus primé à l’international « All Blood Runs Red » (2019). Avec son talent, il met en images cette histoire authentique avec audace et modernité.

Vincent Mottez, scénariste et coréalisateur, est un écrivain historien, habitué des docu-fictions historiques, qui a mis ses connaissances et son talent de narrateur au service du film.

Producteur : Puy du Fou Films

Distributeur : Studio Canal

Acteurs : Hugo Becker, Constance Gay, Jean-Hugues Anglade, Anne Serra, Rod Paradot, Gilles Cohen, Grégory Fitoussi, Dorcas Coppin, Francis Renaud …

Photographie : Alexandre Jamin – Montage : Tao Delport – Décors : Irène Marinari – Costumes : Emilie Monchovet – Langue originale : français.



Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

















Une nouvelle bande dessinée sur Jehanne d'Arc

 

Cliquez sur l'image

mercredi 9 mars 2022

Saint-Christophe-du-Bois pendant les guerres de Vendée par Henry Renoul

 Mémoire des Guerres de Vendée

à Saint-Christophe-du-Bois


1 - Au Prieuré de La Haye eurent lieu des pourparlers de paix entre Canclaux et Stofflet le 6 avril 1795


« Le trois avril 1795, Canclaux, qui avait envoyé des émissaires à Stofflet, pour lui offrir la paix reçut de ce général une réponse pour lui faire connaître qu'il acceptait l'entrevue qu'on désirait avoir avec lui. « Nous lui avons fait répondre, dit Lofficial, que nous nous rendions le 16 Germinal (5 avril) à la maison de ''la Haye'' près de Mortagne, à midi précis » Mais sur la demande de Stofflet, l'entrevue fut différée au 6 avril. Le 6 avril, « les représentants du peuple nous attendaient. Le Conseil entra dans la maison et notre troupe resta au milieu du camp républicain »...



Le Prieuré de la Haye, en cours de restauration


2 - Dans le cimetière de Saint-Christophe, la tombe de Sophie Boulloys restaurée






SOPHIE BOULLOYS, la mère des pauvres de Saint-Christophe (1781-1868)


Lorsque la municipalité de Saint-Christophe-du-Bois donna au bâtiment abritant l’école de musique le nom de « Sophie Boulloys », peu de Christophoriens connaissait l’existence de cette personnalité, de sa famille, de son rôle dans la paroisse et la commune. André Chauvin, érudit christophorien, avait pu cependant rappeler les grandes lignes de sa vie dans les journaux locaux. On trouve également son histoire et celle de son mari dans le n° 114 de la SLA de Cholet, sous la signature de Louis-Emmanuel Gaillard et d’Edmond Rubion.


Une famille de notables


Sophie Boulloys, née le 28 octobre 1781, était la fille d’un notable de Saint-Christophe, le docteur Charles-Lazare Boulloys, d’une famille de chirurgiens, qui avait épousé Angélique Boissinot, autre famille notable. Ils vivaient dans la propriété qui se situait à l’angle de la rue du Poitou et de la rue Maréchal Leclerc, démolie depuis (photos).


Ce qui est particulièrement intéressant dans la destinée de Sophie Boulloys, c’est qu’elle a participé dans sa jeunesse, sans le vouloir assurément, à une série d’évènements qui a marqué durablement notre commune, mais plus généralement ce qu’on a appelé « la Vendée militaire » qui comprenait en 1793-1794 les bocages Vendéens et Bressuirais, les Mauges, le Pays de Retz et le Pays du Loroux en Loire-Inférieure.


L’épopée vendéenne débutée en mars 1793 par le soulèvement populaire contre les mesures antireligieuses de la Convention républicaine s’est achevée en partie lors de la défaite vendéenne de Cholet, le 17 octobre de la même année, conduisant 80 000 Vendéens à franchir la Loire en une foule désordonnée et désemparée. Sophie Boulloys, alors âgée de 12 ans fit partie de cette cohorte, accompagnée de ses huit frères et sœurs. Les Mémoires de la Comtesse de La Bouère signalent sa présence dans le bateau transportant de Saint-Florent-le-Vieil à Varades le général Bonchamps mourant, celui là même qui venait de grâcier 5000 prisonniers républicains. On suit alors Sophie Boulloys dans le sillage de l’armée catholique et royale, ses frères et sœurs qui meurent des souffrances endurées ou exécuter par les Bleus. Le reste de l’armée vendéenne se fait massacrer à Savenay, le 23 décembre 1793. Désormais sans famille, elle reste à Châteaubriand jusqu’en 1796 où elle bénéficie des secours distribués aux réfugiés de la Vendée. Pendant ce temps, la Vendée Militaire est en effet ravagée par les Colonnes infernales de Turreau qui n’épargnent pas Saint-Christophe. En 1797, Sophie Boulloys revient à Saint-Christophe. Elle s’y retirera à nouveau, après la mort de son mari. 


L’apparent paradoxe de la vie de Sophie Boulloys sera son mariage en 1824 – elle a alors 43 ans – avec Lin-Loup-Lô-Luc Barré, négociateur de la paix de Montfaucon, signée le 18 janvier 1800 et premier sous-préfet de Beaupréau, aujourd’hui arrondissement de Cholet.


La liberté religieuse


Lin-Loup-Lô-Luc Barré, né le 8 août 1773, a en effet commencé sa carrière administrative en Maine-et-Loire, dès 1795 après s’être engagé dans l’armée républicaine. En 1797 il est nommé au Directoire départemental du canton de Jallais dont il démissionnera le 12 mai 1799. A la demande du Général républicain Hédouville, Barré reprend du service pour engager les négociations de paix avec l’Abbé Bernier, agent général des Armées catholiques et royales, lesquelles avaient repris les combats après les exécutions de Stofflet et de Charette. Lin-Loup-Lô-Luc Barré est convaincu que la clef de la paix réside dans la liberté religieuse. Il le dit et l’écrit à plusieurs reprises. Pendant de long mois, il circule dans les Mauges, déguisé en Vendéen, il rencontre l’abbé Bernier et autres chefs de l’insurrection vendéenne. Nous sommes alors sous le Consulat de Napoléon Bonaparte qui reconnaissait la grandeur des Vendéens et qui redonna à la France la liberté religieuse par le Concordat de 1802. Le 22 mai 1800, en remerciement, Lin-Loup-Lô-Luc Barré est nommé premier sous-préfet de Beaupréau jusqu’au 19 mai 1814 où il sera destitué à cause de sa fidélité à l’Empereur. Il sera cependant réintégré dans l’administration jusqu’en 1822 et il prendra sa retraite dans les Mauges. 


Veuf depuis 1810, il rencontre notre héroïne de Saint-Christophe, Sophie Boulloys qu’il épouse en 1824. Il mourra le 16 août 1839. Sa veuve vivra 29 ans de plus à Saint-Christophe où elle se donnera la mission d’aider les familles en difficultés, notamment celles ayant perdu plusieurs de leurs membres pendant les Guerres de Vendée. Elle sera très active au Bureau de Bienfaisance, l’ancêtre de notre CCAS. Elle fera don de 10 000 francs pour la construction de l’actuelle église paroissiale et assurera une rente de 400 francs de l’époque au Bureau de Bienfaisance pour aider les familles pauvres. On l’appellera alors « la Mère des Pauvres », épitaphe gravée sur sa pierre tombale, dans le cimetière de Saint-Christophe-du-Bois. Sa mémoire méritait largement d’être honorée à Saint-Christophe qui l’a vu naitre et mourir et qui aura profité de sa générosité.





3 - Devant le Logis de Beauregard, aux portes de Mortagne, une plaque à la mémoire d’un prêtre martyr




Saint-Christophe-du-Bois


4 - Le devoir de mémoire pour 300 victimes de la Révolution


La commune de Saint-Christophe accueillait le samedi 17 octobre 2015 les adhérents de l’association « Vendée militaire » auxquels se joignirent de nombreux Christophoriens pour honorer la mémoire de Sophie Boulloys, « la Mère des Pauvres », survivante des Guerres de Vendée, alors que six de ses frères et sœurs et trois cents habitants de la commune y perdaient la vie.

La journée commémorative débutait aux confins de Mortagne-sur-Sèvre, devant la croix de l’abbé Nicolas, massacré par les Bleus et par une halte au Logis de Treize-Vents. Elle s’est poursuivie par l’accueil officiel de Sylvain Sénécaille, maire, aux participants de cette journée. Avec cœur et intelligence, il a su exprimer son souci de l’avenir sans oublier le passé historique de sa commune martyre. Gilles Bourdouleix, député maire de Cholet a tenu lui aussi à honorer la mémoire des combattants vendéens – c’était le 222e anniversaire de la défaite de Cholet aux conséquences historiques considérables – en distinguant bien les volontés partagées de réforme de 1789 d’avec la Terreur totalitaire de 1793-1794, cause du soulèvement « du Vieux Pays ». 

Après le repas pris en commun, la centaine de participants s’est rendue au cimetière de Saint-Christophe pour assister au dévoilement de la plaque offerte par la Vendée Militaire, plaque dévoilée par le jeune Alexis Onillon. Henry Renoul, conseiller délégué, devait en quelques mots rappeler la spiritualité de Sophie Boulloys et  le pardon offert aux bourreaux, au nom des victimes.

La commémoration s’est achevée par la Veillée vendéenne, animée par le président Dominique Lambert de La Douasnerie, au cours de laquelle furent rappelées avec force les causes religieuses des Guerres de Vendée, leur déroulement marquée par les victoires et les défaites et la répression génocidaire que subit la Vendée Militaire, et en particulier Saint-Christophe-du-Bois marqué par le passage des Colonnes Infernales de Turreau.

Un ouvrage a été édité par l’association « Saint-Christophe-du-Bois pendant la Révolution et les Guerres de Vendée », écrit par Wilfrid Paquiet que l’on peut se procurer au siège de Vendée Militaire,  rue de la Gare à Ingrandes-sur-Loire. Cet ouvrage rappelle que Saint-Christophe appartenait au Poitou et donc à la Vendée avant la Révolution, reprend la liste des combattants et des victimes, retrace la carrière des deux peintres Audfray et réédite les réflexions de Lin-Loup-Lô-Luc Barré, premier sous préfet de Beaupréau et époux de Sophie Boulloys sur « L’industrie, les mœurs, l’administration et les besoins de la Vendée (Militaire) ».


Henry Renoul


Une annonce intéressante !



L’Office de Tourisme du Choletais et les Musées de Cholet réalisent conjointement un « Road Book » sur les Guerres de Vendée.

Aucun document de ce type n’existe à ce jour.  

Il se veut accessible à tous (écoliers, familles,..), représentatif de notre histoire locale et il répond également à une demande de nos clientèles respectives.

 

Le Road Book couvre le territoire de l’Agglomération du Choletais, répertorie les endroits incontournables où des évènements/faits ont eu lieu mais il n’est pas exhaustif.

Nous nous sommes attachés aux sites encore visibles aujourd’hui qui évoquent les Guerres de Vendée par un décor, une histoire, une construction, un personnage,..



S’adresser à 

Christelle GRENOUILLEAU CHAVASSIEUX
Conseillère en Séjour et Commerciale 

Référente Lieux de Visite et Hébergeurs
02 41 49 80 03
gestion-billetterie@ot-cholet.fr
OFFICE DE TOURISME DU CHOLETAIS 
14 avenue Maudet  - BP 10636 - 49306 CHOLET Cedex
ot-cholet.fr