Veuillez noter le 19 octobre 2019, dans vos agendas, date de notre prochaine journée vendéenne.

vendredi 1 novembre 2019

Histoire vendéenne : deux nouveaux livres


Les éditions « La Chouette de Vendée » ont pris l’initiative de créer en cette année 2019 une nouvelle série d’ouvrages intitulée
« Les Officiers méconnus des Guerres de Vendée ». Une série qui, par sa nouveauté, suscite déjà beaucoup d’intérêts parmi les personnes concernées par l’Epopée Vendéenne et pourrait devenir une référence dans le domaine.


Cette maison d’éditions s’était déjà consacrée, entre autres, à plusieurs livres relatifs à l’Insurrection Vendéenne de 1793. Dans cet objectif, elle a, en particulier, édité en 2018 un ouvrage intitulé « Madame de Bonchamps les Mémoires » écrit par le docteur Alain Gaillard et en 2019 un livre de référence « Les Armes de Récompense » rédigé par Pierre Gréau. D’ailleurs, le nom même de l’entreprise fait allusion à ce sympathique animal dont le cri servait de signal aux Vendéens pendant l’Insurrection de l’Ouest au moment de la Révolution. 
Les ouvrages de cette série sont tous au format 15 x 21, comprennent de 100 à 150 pages environ et sont richement illustrés de documents, plans, photos et cartes postales anciennes. 
Le premier sorti est consacré à AUGUSTIN DEHARGUES. Il a été écrit par Pierre Gréau, historien des Guerres de Vendée et spécialiste de la Virée de Galerne. 
Augustin Dehargues était un simple officier des Armées Vendéennes, très peu connu du grand public, qui a eu un parcours un peu atypique et qui n’a pas beaucoup intéressé les historiens jusqu’à présent. Ce n’était ni un paysan, ni un aristocrate, mais un bourgeois, c’est à dire la catégorie sociale la moins bien représentée dans les Armées Vendéennes. 
Quatrième enfant de René Dehargues fermier général et de Marie-Anne Richard, Augustin Dehargues (sieur d’Estiveau) nait en 1762 au château de la Jobtière dans la paroisse de La Ronde (Deux-Sèvres). Sa vie sociale va se dérouler ensuite près de La Châtaigneraie à la frontière orientale du département de la Vendée. Au début de la Révolution de 1789, à l’égal des autres membres de sa famille, il commence par servir le nouveau régime, comme maire de la commune de Menomblet. Quelle évolution psychologique personnelle va ensuite l’amener à rejeter ce même régime et même à le combattre par les armes ? Toujours est-il que dès le début de l’Insurrection en mars 1793, il est au côté des troupes vendéennes.
Il sera par la suite Adjudant Général (adjoint de Stofflet) dans l’Armée d’Anjou. On le retrouve aux batailles de Thouars, de La Châtaigneraie, de Fontenay-le-Comte, de Luçon et finalement à celle de Cholet. Il est ainsi amené à traverser la Loire et à participer à la Virée de Galerne, dont le résultat est malheureusement connu. Et c’est sur le chemin du retour, après l’échec devant la forteresse de Granville, qu’il est tué le 22 novembre 1793 lors des combats sur la route de Pontorson à Dol-de-Bretagne.
Le second ouvrage, sorti très récemment, est consacré à LOUIS-DOMINIQUE USSAULT de DIN CHIN et a été rédigé par Maurice Bedon.
Cette biographie de Louis-Dominique Ussault de Din-Chin retrace en même temps l’histoire militaire de l’Armée du Centre commandée par Charles de Royrand et qui défendait la Vendée départementale. Une armée beaucoup moins bien connue que celles d’Anjou avec ses célèbres chefs charismatiques et à laquelle les historiens se sont assez peu intéressés.
Louis-Dominique Ussault, l’un des quatre enfants d’un aubergiste de Pouzauges, est né le 16 novembre 1767. Il a commencé sa formation au séminaire d’Angers mais a été volontaire dès le début de l’Insurrection Vendéenne. Il est tout de suite nommé chef de paroisse.et participe à toutes les campagnes à partir de la bataille de Gravereau. Il monte ensuite en grade jusqu’à atteindre celui d’Adjudant Général. Après la bataille de Cholet, il participe à la désastreuse Virée de Galerne, mais part combattre dans le Bas-Maine et en Bretagne, évitant ainsi les massacres du Mans ou de Savenay. Pendant cette période, il sauve aussi Eulalie de Ponsay et tombés amoureux l’un de l’autre, ils se marient le 11 juillet 1797 à Saint-Mars-des-Prés (Chantonnay).
Leur bonheur est malheureusement de courte durée car Eulalie meurt seulement neuf mois plus tard. Louis-Dominique est mis en prison le mois suivant, mais il participe plus tard à la révolte de 1815. Il s’installe au logis de Din-Chin avec sa seconde épouse Marie Pélagie Robert-Dubotneau et y décédera le 10 octobre 1847 à l’âge de 80 ans. Il avait été anobli, fait chevalier de Saint Louis et nommé maire et juge de paix.

Dans cette nouvelle série consacrée « aux Officiers méconnus des Guerres de Vendée » une dizaine d’autres titres, rédigés par des auteurs différents, sont en projet ou déjà en préparation. 


Pierre Blot

samedi 26 octobre 2019

Samedi 30 novembre à La Tourlandry, conférence sur les royalistes après la mort du comte de Chambord

A l'initiative de l'A.V.P.L. - Association pour la Valorisation du Patrimoine Landoricien - Dominique Lambert, président-fondateur de la Vendée Militaire, animera une conférence sur le thème : Les derniers jours et la mort du comte de Chambord (1883), et la continuité royaliste en France. L'exemple de l'Anjou.


Salle paroissiale à partir de 17h00. Entrée gratuite.

jeudi 17 octobre 2019

JOURNEE DU 19 OCTOBRE 2019 : PLANS & ITINERAIRES

Voici le programme (modifié) de notre journée en Mauges et les itinéraires.

09h45 : rendez-vous au château de la Morosière, organisation du co-voiturage. 
7mn-3km
10h00 : Le château du Lavoir. Visite extérieure avec l’aimable autorisation d’Alain de Villechabrolle, propriétaire des lieux.
10mn - 9km
10h45 : Le Pin-en-Mauges, visite de l’église ; la maison de Jacques Cathelineau, le cimetière.
8mn - 8km
11h45 : Neuvy-en-Mauges, inauguration d’une plaque commémorative au Grand Moulin de Grouteau, en l’honneur de « Monsieur Henri » Nicolas Stofflet et les victimes du combat du 25 janvier 1794.
8mn - 8km
12h 30 : Bourgneuf-en-Mauges, déjeuner au Relais de la Boule d’Or, 6 rue Notre-Dame.
9mn - 7km
15h30 :  Inauguration d’une plaque commémorative au château de la Morosière qui fut le quartier général de Stofflet. 
16h00 : Domaine de La Morosière, près du château, veillée vendéenne animée par Dominique Lambert sur le thème de la pacification de 1795-1796. 
18h00 : partage de la brioche et du cidre offerts par la Vendée Militaire. Fin de la manifestation 

Il est absolument interdit de garer les voitures sur le chemin qui conduit au " domaine de la Morosière".
Cliquez sur ce lien :
 https://vendeemilitaire.blogspot.com/2019/10/journee-du-19-octobre-prochain-neuvy.html

 ITINERAIRES de la journée

Eglise du Pin en Mauges - 10h45



 

Journée du 19 octobre prochain à Neuvy

Dernières précisions

La journée de la Vendée Militaire, le 19 octobre prochain, s'annonce comme un nouveau succès. Nous sommes à ce jour 80 inscrits pour le banquet.... La salle de restaurant est maintenant complète. Au point qu'il serait difficile d'accueillir deux ou trois personnes de plus.
 Cette journée, étant celle de notre assemblée générale, est réservée à nos adhérents. C'est pourquoi nous n'avons pas diffusé l'information auprès de la presse locale et nous avons donc été bien avisés. La journée du 19 sera donc toute Vendée Militaire. Nous penserons aux nombreux adhérents qui vivent loin de la Vendée et ne pourront être parmi nous ce jour-là.

Il est absolument interdit de garer les voitures sur le chemin qui conduit au " domaine".
Les voitures, de ceux qui nous retrouverons dès 8h45 à l'assemblée générale, devront être remisées dans les deux parkings près le " Domaine de la Morosière ".
Les voitures, ne trouvant pas de places dans ces parkings, devront être garées à l'extérieur du château et du domaine, c'est-à-dire dans les rues de Neuvy.
Leurs occupants devront gagner à pied le château. Après l'Assemblée générale, qui se terminera à 09h45, s'organisera le co-voiturage.
Précisons que l'A.G. aura lieu dans une salle du château mise gracieusement à notre disposition par Mme Maurizio Giovannini. Les voitures ne pourront en aucun cas être garées dans l'allée du château.

Les précautions de parking, prises dès le début de la journée, seront toujours valables pour l'inauguration de la plaque commémorative à 15h30 et pour la veillée qui débutera dans une salle du domaine à 16h. 

Ajoutons enfin que M. l'abbé de Maillard, du prieuré de Gâtines, participera à notre journée et bénira les plaques. Nous l'en remercions du fond du cœur.



Collection Dominique Lambert de La Douasnerie