La journée vendéenne du 25 avril 2020 est reportée SINE DIE

samedi 4 juillet 2020

Philippe de Villiers président de la République en 2022?


L’ancien ministre souverainiste, interrogé au micro de RMC sur une possible candidature lors de la présidentielle de 2022, a assuré ne « rien exclure » et vouloir « redonner leurs chances aux campagnes ».


Philippe de Villiers a affirmé mardi 30 juin qu’il n’excluait rien pour l’élection présidentielle de 2022, désireux de rétablir l’ordre et de redonner leurs chances aux campagnes.
Je n’exclus rien, a affirmé sur RMC le fondateur du parc de loisirs du Puy-du-Fou, en Vendée, interrogé pour savoir s’il serait candidat à la présidentielle de 2022.

« J’en ai marre, je n’en peux plus »

Je n’envisage rien mais je ne ferme aucune porte, ni porte ni fenêtre, a ajouté l’ancien eurodéputé, auteur d’un nouveau pamphlet (Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde, Fayard) publié le 10 juin qui vient d’intégrer le très sélectif Top 20 des meilleures ventes, tous genres et formats confondus.
J’en ai marre, je n’en peux plus. J’ai 71 ans, je suis en pleine santé et je me dis “je ne veux pas mourir comme un lâche”, a expliqué l’ancien secrétaire d’État à la Culture de Jacques Chirac.
Il faut aujourd’hui rétablir l’autorité de l’État, rétablir l’ordre dans le pays, rétablir l’honneur de la justice et de la police, rétablir des fonctions régaliennes, et refaire une industrie, refaire une agriculture, refaire un pays, redonner leurs chances aux campagnes, refaire des petites villes où on peut respirer. Tout est à reprendre, on a tout laissé glisser à l’abîme, a développé l’ancien élu.

« On ne vit plus à la française »

Pour lui, la France est en train de glisser dans le commaunautarisme, dans le séparatisme avec d’un côté des enclaves étrangères […] où on ne vit plus à la française, où on ne peut pas penser à la française, et où il y a des militants du racialisme qui voudraient nous imposer la mise en accusation de notre patrimoine.
Philippe de Villiers considère que le souverainisme est identitaire ou rien et accuse les hommes politiques d’avoir l’esprit confiné.

vendredi 29 mai 2020

De la Vendée à la Terreur

Lors de la célébration du bicentenaire de 1789 sous le deuxième mandat du président Mitterrand, on a vu le ton monter entre les historiens tenants d’une Révolution française “globalement positive” et les « empêcheurs de célébrer en rond », quelques historiens refusant le discours officiel sur la Révolution libératrice. Au premier rang de ceux-là, il y avait Pierre Chaunu, historien renommé en France et à l’étranger mort en 2009, membre de l’Institut et l’un des représentants les plus prestigieux de l’école historique française. Dans cet entretien, Chaunu montre comment la persécution antireligieuse à l’égard des catholiques a joué un rôle clé dans la Révolution étant la principale raison qui l’a fait basculer vers des formes d’intolérance et de terreur incompatibles avec les idéaux dont elle se réclamait. Il s’est passé un certain nombre d’années depuis cet entretien mais ces réflexions sur la Révolution ont gardé leur fraîcheur leur actualité. 

Une famille dans la tourmente

Courrier de l'Ouest, 26 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

Le décès de Madame André Potin, notre adhérente

Evron (53) - Chevilly-Larue (94)
Danièle Potin,
Anne et Joseph Vicari, ses enfants;
Fabien et Michel, ses petits-enfants,
sa soeur et son beau-frère, 
ses neveux et nièces
ainsi que toute la famille ont la tristesse de vous faire part du décès de
Madame Cécile POTIN
née LEMAITRE
survenu le 15 mai 2020, à l'âge de 91 ans. 
La cérémonie religieuse sera célébrée dans l'intimité familiale 
mercredi 20 mai 2020, à 14 h 30, en la basilique d'Evron.

Condoléances à adresser à :
Mademoiselle Danièle POTIN
6, rue du Montaigu
53600 Evron


samedi 9 mai 2020

René Bazin, ses articles dans l'Echo de Paris entre 1914 et 1918 bientôt disponibles, préfacés par Wilfrid Paquiet

Chers Amis de René Bazin,
Wilfrid Paquiet

Tout d’abord, je souhaite en priorité que vous alliez bien, ainsi que vos familles.

En cette journée symbolique du 8 mai, si particulière dans cette période de crise, je vous transmets deux informations d’actualité :

1/ Une bonne critique, sur la publication des carnets de René Bazin Le Journal d’un civil pendant la guerre, parue dans le magazine trimestriel de la Fédération nationale Maginot : La Charte.

2/ Après la très belle édition du Journal d’un civil…, le second projet sur cette période de la Grande Guerre, qui vous avait été annoncé dans le bulletin de janvier, est bien avancé : 
Le recueil (en 2 volumes) des articles de René Bazin parus dans l’Echo de Paris, entre 1914 et 1918. Ces ouvrages inédits, de 330 pages chacun, sortiront à partir de l’automne 2020.
-          Ce projet, à l’initiative de Nicolas Yann d’Edilys, est réalisé avec l’aide précieuse de trois bénévoles qui travaillent depuis plusieurs mois à la retranscription de ces articles en version écrite pour l’édition… Olga Lhommé, Florence Touchard et Wilfrid Paquiet : je remercie chacun d’eux de leur implication et de l’intérêt qu’ils témoignent à René Bazin.
-           Parmi ces bénévoles, je tiens à souligner la contribution très active d’un membre de notre Association dans ce travail de longue haleine, Wilfrid Paquiet, qui nous fera également le plaisir d’écrire la préface de l’ouvrage.
-            
Au regard du contexte d’aujourd’hui, je vous diffuse un petit extrait d’un article de René Bazin écrit en 1917, qui paraîtra dans ce recueil : L’après-guerre. 
Cette analyse de René Bazin, journaliste-correspondant de guerre et fin sociologue d’une époque, exprime – en certains points – la terrible crise que nous vivons aujourd’hui… et la période de l’après !

Enfin, pour terminer, je lance un appel aux volontaires, pour participer à la préparation de l’édition d’un troisième volume qui regrouperait des textes et articles de René Bazin parus pendant la guerre dans d’autres journaux et revues (Figaro, Journal des Débats, Revue des Deux Mondes, etc.) : 
-          d’une part, pour rassembler des articles de cette époque que vous pourriez détenir et les porter à notre connaissance ;
-          d’autre part, pour aider Nicolas Yann à les retranscrire, à l’instar de ce qui est fait actuellement pour l’Echo de Paris. Que les volontaires bénévoles me contactent à ce sujet. Merci par avance !

Un autre souhait serait également de retrouver une publication de René Bazin parue pendant la guerre, intitulée La Flotte anglaise. Si un membre de l’Association en détient un exemplaire, merci de me le faire savoir ?

Portez-vous bien, chers Amis,
Et recevez l’assurance de mon meilleur souvenir,
Véronique de Nercy-Le Gall
___________________________________________________________________________________

L’APRES-GUERRE

Je songe à la période qui va s’ouvrir après la guerre, à cet état de faiblesse, à cet élan, à ces vastes espoirs que connaîtra la France, sortie glorieusement d’une épreuve où elle devait périr, et aux conditions de la vie nouvelle. 
La première, je crois, ce sera la gêne, pendant longtemps. La gêne n’est pas la pauvreté, c’en est la cousine germaine, mais il faut la même vertu pour s’accommoder de l’une et de l’autre. Que de gens, autour de nous, ont déjà, faute de ressources anciennes, réduit leurs dépenses […] 
La charité est toujours abondante,  je vois là un des meilleurs signes de notre temps, – mais on souffre beaucoup de petites privations, de plusieurs même qui sont assez vives. Les fortunes ont singulièrement diminué ; quelques-unes ont disparu ; le reste est menacé. 
[…] Faire souffrir n’est pas difficile, mais souffrir est malaisé. Le nombre sera très considérable des Français qui subiront cette gêne, et qui compareront leur présent avec leur passé.  
[…] Ce peuple, diminué de fortune et diminué de nombre, sera contraint de fournir un immense effort…

RENE BAZIN 
de l’Académie française 
Dimanche 15 avril 1917

mardi 5 mai 2020

Il y a 199 ans, Napoléon mourait à Sainte-Hélène (5 mai 1821)

Jean-Auguste Moutardeau, le gardien du tombeau vide de Napoléon


Placard Royaliste
annonçant la mort de Bonaparte
(Recto)

Cet angevin, fils et petit-fils de charpentier, était né à Corné  le 17 février 1834. Il s'engagea dans le 3e régiment du génie basé à Metz, en 1855. Il avait 21 ans. Le 1er mars 1859, le capitaine Eugène-François Masselin et sa femme, "le garde du génie Jean-Claude  Maréchal et quatre sapeurs arrivèrent à Sainte-Hélène pour être les gardiens du tombeau de l'Empereur Napoléon Ier. Jean-Auguste Moutardeau était l'un de ces quatre sapeurs. On sait que Logwood House et la vallée du tombeau appartenait à la France depuis le 7 mai 1858 et que le premier " commandant des résidences impériales de Sainte-Hélène" fut Nicolas Martial Gauthier de Rougemont. On sait aussi que les cendres du vainqueur d'Austerliz furent ramenées en France en 1840 et furent inhumées à l'Hôtel des Invalides le 15 décembre de cette même année.
Verso
En 1861, deux des quatre sapeurs, Auguste Moutardeau et Lucien Morilleau (né en 1835 à Mormaison) demandèrent à rester à Sainte-Hélène. Tous les deux voulaient s'y marier "et y fonder une famille". Moutardeau devint alors "sous-gardien du Val Napoléon".

Jean-Auguste Mourtardeau épousa à Jamestown, le 20 avril 1861, Marguerite-Louise Sherrard. Cette dernière décéda sans postérité le 11 février 1866. Moutardeau se remaria avec Jeanne-Ellen Dowling qui lui donna trois filles. Il mourut à Jamestown le 24 avril 1873. Sa petite-fille, Mme Marcel Papin, née Isoline Clerc, d'Angenton-Château (veuve d'un industriel angevin), fit partie des 1300 passagers qui participèrent à la croisière impériale sur le paquebot France du 6 au 29 avril 1969, année du deuxième centenaire de la naissance de Napoléon Bonaparte. Mme Papin faisait ce voyage dans l'espérance de retrouver la tombe de son ancêtre. Ses recherches furent vaines, malgré les conseils du célèbre historien André Castelot (Courrier de l'Ouest du 9 mai 1969) qui publia cette année-là son Bonaparte et son Napoléon dont les tirages furent phénoménaux. La séance de signatures qui eut lieu à Angers attira un public considérable. André Castetelot est aussi l'auteur d'un récit de la croisière de 1969 ( Le livre de Sainte-Hélène, Solar, 1969) A la fin de l'année 1967 et au début de l'année 1968, il avait déjà accompagné les "midships" du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc à Sainte-Hélène. Il donna le récit de cette expédition dans France-Soir à partir du 28 décembre 1967 au 4 janvier 1968. Deux mois avant paraissait, entre le 4 et le 11 mars, chez le libraire Nicolas, Les Méditations de Lamartine. Ouvrage qui fit l'effet d'une bombe dans le monde littéraire. Quelqu'un s'cria : Enfin de la poésie!

Sur Moutardeau on pourra lire un article très intéressant dans Le Closier, bulletin de l'Association généalogique de l'Anjou, n° 163, avril 2018, pp. 45 à 47, avec une photo du sous-gardien

D.L.

Sermon du Père Julien de POMEROL, aumônier de la communauté catholique francophone de Lisbonne, le 3 mai 2020. A écouter et partager.

Cliquez sur l'image pour vous rendre sur la page qui vous permettra écouter cette homélie

vendredi 1 mai 2020

La vie quotidienne à Cholet en 1914

Dans son journal, Suzanne Pellaumail raconte au jour le jour l'année terrible de 1914. Témoignage passionnant sur cette ville chère au cœur de tous les vendéens. Ce texte est présenté par sa petite-fille, Béatrice de Malleray, comtesse Michel de Rostolan, ancien député, président du cercle Renaissance et l'un des animateurs de Radio-Courtoisie où j'ai eu l'honneur d'être interviewé  par lui il y a quelques années.

Suzanne Pellaumail était la fille de Raymond Pellaumail (1854-1926), célèbre manufacturier de Cholet et de Marguerite de Mascarel de La Corbière (1869-1957). La famille Pellaumail est originaire des Deux-Sèvres. Elle participa à l'épopée vendéenne, notamment dans l''armée du "jeune adolescent de la Durbelière" au "timbre d'âme tout  johanique", Monsieur Henri, Henri de La Rochejaquelein. Si Jacques Cathelineau évoque immanquablement la Vendée populaire, la Vendée mystique, "la Vendée en sabots", à coup sûr, Monsieur Henri incarne magnifiquement le panache de la Vendée aristocratique et royaliste.

Lieutenant-colonel de Malleray
auteur des Cinq Vendées

Suzanne Pellaumail avait épousé, à Cholet le 27 mai 1919, le capitaine de dragons Bruno de Malleray, fils de Henri Charles-Joseph de Malleray, lieutenant-colonel, commandant le 210e d'infanterie, officier de la Légion d'honneur, trois fois cité à l'ordre de l'armée, mort pour la France à Verdun en 1916. Or, le lieutenant-colonel de Malleray est l'auteur, aux dires de feu le baron de La Tousche d'Avrigny, du meilleur précis militaire sur les guerres de Vendée. Ce livre, introuvable aujourd'hui, a été publié en 1924, huit ans après sa mort (Les cinq Vendées, Angers/Paris, 216 p.) La famille de Malleray devrait songer à le rééditer à l'identique. Elle rendrait ainsi un important service aux chercheurs. 

Le journal de Suzanne Pellaumail est bourré d'informations sur la vie mondaine, politique (on courrait écouter le marquis de Roux, célèbre tribun d'Action française), littéraire et artistique. On y trouve aussi quelques "potins" familiaux amusants. On quitte ce livre avec le regret de ne pouvoir lire la suite des années de guerre. Seul le manuscrit de l'an 1914 a été retrouvé.

Merci à Béatrice de Malleray pour ces pages qu'elle a bien voulu porter à la connaissance du public et saluons la tâche qu'elle accomplit comme directrice de la rédaction du journal Le lien des famille de France (138, rue de Tocqueville, 75 017 Paris. Tel : 01 42 27 48 22), formidable et indispensable instrument de travail pour les généalogistes.

Avant de clore cette rubrique et puisque nous avons évoqués la famille Pellaumail, je ne veux pas oublier la mémoire de Raymond Villedey (†), la courtoisie personnifiée et l'un des hommes les mieux renseignés sur les familles choletaises et l'histoire de la Vendée. Les informations qu'il me donnait régulièrement sur certains personnages figurent  dans mes fiches et dossiers. Je n'oublie pas qu'il fut un fidèle adhérent de la Vendée Militaire.Une pensée aussi pour le colonel de la Brunière, autre passionné de la Vendée Militaire.

D.L.

Lecture et tradition vient de paraître

Au sommaire de ce numéro 108 de Lecture et Tradition (avril 2002), un vibrant hommage à Jean de Viguerie (1935-2019), signé de Jean-Baptiste Geoffroy et de Marie-Pauline Deswarte. Un numéro à lire et à conserver dans votre bibliothèque. En vente au prix de 3,50€ auprès de Lecture et Tradition, B.P. 70001 - 86190 Chiré-en-Montreuil.

lundi 27 avril 2020

Le mot du président

  A toute chose malheur est bon. Grâce au confinement, nous travaillons avec enthousiasme à nos prochaines livraisons de la revue SAVOIR, sans oublier de prendre des contacts pour nos futures et tant attendues retrouvailles.
  Il est, cependant, plus facile de préparer des articles que de fixer la date de notre prochaine manifestation. Nous devons, en effet, rester très prudents pour établir notre agenda après le déconfinement du 11 mai. Certains de nos adhérents pensent qu'il sera, sans doute, très difficile de nous rencontrer d'ici la fin de l'année.
  On sait qu'après le 11 mai le Covid-19 sera toujours présent sur notre territoire.... La vraie question est de savoir combien de temps ce virus empoisonnera notre vie... Ce que nous lisons, ici ou là, ne nous permet pas d'être optimistes. Aurons-nous même l'autorisation de nous réunir ? Nous ferons un point sur tout ça au mois de septembre, à la rentrée et nous espérons tenir notre A.G. au mois d'octobre, si tout va bien. Sachez que nous ne vous ferons prendre aucun risque.

jeudi 16 avril 2020

Aujourd'hui, il y a 150 ans, mourrait la duchesse de Berry, mère de Mgr le comte de Chambord.

Depuis le 5 novembre  1869, Marie-Caroline était entrée dans sa soixante-douzième année. Ses enfants, nés du comte Hector Lucchési Palli décédé en 1864, vivaient auprès d'elle, ainsi que la comtesse de Meffray, "son ancienne dame pour accompagner", le Dr Pitner, l'original comte Ferdinand de La Roche (fils illégitime du duc de Berry et de Virginie Oreille et qui ressemblait tant à son père) et Urbain de Charette lui servaient de secrétaire. Il y avait encore un aumônier français et M. et Mme Harson. Le mari était le fils d'anciens serviteurs de Louis XVI. Mme Harson était la lectrice de Marie-Caroline et ne mourut qu'en 1920.

La princesse, devenue aveugle, avait pris de l'embonpoint, souffrait d'asthme, de troubles cardiaques et de rhumatismes. Bientôt elle fut atteinte d'une fièvre typhoïde. Sa langue se couvrit de petits ulcères et elle ne pouvait plus se faire entendre qu'en bégayant. C'est dans la semaine sainte que sa santé se dégrada. Elle fit cependant ses Pâques le 13 avril. Elle connut alors un léger mieux qui persista jusqu'au vendredi. Mais dans la nuit du 15 au 16, elle fut assez malade et ne dormit point. "J'étais sorti pour un moment dans la chambre à côté avec le docteur", écrit le 24 avril 1870, le duc della Grazzia au vicomte Walsh, "quand tout à coup on nous appela. Bien que je n'eusse été que quelques minutes loin d'elle, elle était déjà sans connaissance. Frappée d'une attaque d'apoplexie, elle put recevoir l'extrême-onction encore en vie, et s'endormit doucement dans le seigneur sans aucune souffrance".

Ainsi mourut Petit-Pierre, la célèbre héroïne de la Vendée de 1832. Ses obsèques furent célébrées le 20 avril 1870 dans la chapelle de Brunnsee où nous nous sommes recueillis plusieurs fois, Sophie et moi, avec la plus grande émotion. Le comte de Chambord conduisit le deuil à pied du château de Brunnsee jusqu'au cimetière de Mureck, soit environ trois quarts d'heure de marche.

D.L.

L'ouvrage de Dominique Lambert de La Douasnerie est toujours disponible auprès de la Vendée Militaire, Le drapeau blanc en exil. Lieux de Mémoire, Paris, 1998

mercredi 15 avril 2020

Parole royale

Nous nous apprêtons aussi à traverser une grave période de crise économique. Nous aurons besoin de toutes nos qualités pour la surmonter. Nos institutions devront être des facilitateurs. Le pourront-elles ? Sans doute. Le voudront-elles ? Je ne sais !
Sans la force de caractère des Français, nous serions encore coincés au milieu du tunnel. Le peuple de France est un peuple courageux qui se révèle souvent dans l’adversité. On le voit dans plusieurs initiatives que de simples citoyens ont prises, comme ce médecin de l’hôpital de Dreux qui a pu mobiliser les bonnes volontés pour la confection de blouses ou encore ce jeune garçon qui fabrique des masques chez lui pour les distribuer à l’hôpital voisin.
Notre peuple de France en a vu d’autres! Il s’est toujours remis, en faisant confiance à ceux qui aiment notre pays et qui le servent.
Il faut déjà panser les plaies pour penser à l’après. Le chemin ne sera pas facile. Il sera sans doute plus long que souhaité. Mais nous avancerons comme nous avons toujours su le faire. En nous appuyant sur les forces vives de notre pays. Et surtout en vue du bien commun de notre pays qui est la condition du bien des Français.

Extrait du salon beige 14/04/2020 : Lu dans le Journal de confinement du prince Jean d’Orléans

Parole royale

Chers compatriotes,
Chers Français,
Rappelons-nous : Pâques 2019 et la France pétrifiée par l’incendie qui venait de ravager la cathédrale Notre-Dame de Paris.
Pâques 2020, une épreuve d’une toute autre nature dans un domaine où l’on ne l’attendait pas, atteint la France qui, avec l’Italie et l’Espagne, se partage le record des décès en Europe.  Tous les continents sont frappés. Une mondialisation du risque !
Hier c’était l’âme du pays qui était touchée, et aujourd’hui ce sont les hommes et les femmes ; les enfants et les vieillards. Selon les mots forts prononcés par le  Saint-Père dans son homélie du 27 mars, « nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse ».  Devant le danger saurons-nous réagir et à l’ombre de cette cruelle épreuve, refonder nos actions sur plus de bon sens et redonner du sens à nos vies ?
Réagir,  au-delà de la compassion que l’on a vis-à-vis des milliers de victimes et de leurs familles affrontant la mort souvent en grande solitude et sans secours spirituel; au-delà de l’admiration vis-à-vis des soignants aux moyens parfois si dérisoires et de tous ceux qui se dévouent souvent en prenant des risques pour que le pays continue à vivre ; au-delà des encouragements adressés à ceux qui, confinés, doivent assumer une vie familiale bouleversée et exercer leurs activités dans des conditions précaires ;  au-delà de l’angoisse face aux situations désespérées que nombre d’artisans, de commerçants, d’entrepreneurs auront à affronter après le brusque arrêt de la vie économique.
Les Français courageux et fidèles à l’image de l’idée qu’ils ont de leur pays –celui du baptême de Clovis, celui de la justice de Saint-Louis, celui des quinze siècles de gloire et d’honneur-, doivent faire front animés d’une énergie à toute épreuve. Ils doivent résister pour sauver leur pays, retrouver l’esprit de Bouvines. Si l’oriflamme de saint Denis n’est plus élevée pour précéder les combattants, son esprit doit être là. Vivant.
L’actuelle situation dramatique doit ouvrir sur une période de sursaut qui soignera après les corps, les âmes et l’esprit public. En effet, au-delà de la crise sanitaire n’est-ce pas toute notre société qui est malade depuis des années et qui a besoin de se retrouver à travers un grand dessein partagé par tous et des valeurs essentielles.
En France, déjà, plus de vingt-cinq évêques ont placé leur diocèse sous la protection divine par l’intercession du Sacré-Cœur, de la Vierge Marie, de Saint-Joseph ou encore de saints locaux ayant déjà été invoqués lors d‘épidémies plus anciennes.  Je me plais à songer au poids qu’aurait une consécration solennelle de la France effectuée par l’ensemble de son épiscopat à laquelle s’associerait le maximum de fidèles.  Pâques, la fête de la résurrection, pourrait en être l’occasion. En tant que successeur légitime des rois de France qui ont toujours compris leur fonction dans sa double dimension terrestre et divine, ce serait de mon devoir de m’y associer et je le ferais en mon âme et conscience.
Demandons, en cette fête de la Résurrection, le secours de Saint Louis, de Sainte Geneviève et de Sainte Jeanne d’Arc et leur protection sur la France.
Louis,
Duc d’Anjou

Extrait du salon beige du 12 avril 2020

mercredi 1 avril 2020

Philippe de Villiers : "Le nouveau monde est en train de mourir du coronavirus"


Depuis son Aventin vendéen, où il se trouve confiné comme le reste du pays, Philippe de Villiers analyse pour Valeurs actuelles la signification profonde de la crise du coronavirus. Pour le fondateur du Puy du Fou, cette épreuve sonne le glas du mythe de la “mondialisation heureuse” et du nouveau monde, et le retour du “carré magique de la survie”, frontière-souveraineté-localisme-famille. 

Lors de la campagne des élections européennes de 1994, vous évoquiez avec Jimmy Goldsmith la nécessité de la “démondialisation” et critiquiez le libre-échangisme mondial. L’actualité, avec la pandémie du coronavirus, vous donne-t-elle raison ? 

Hélas ! Je me souviens que dans nos réunions publiques, Jimmy et moi avions cette formule qui faisait rire les salles : « Quand toutes les barrières sanitaires seront tombées et qu’il y aura une grippe à New Delhi, elle arrivera dans le Berry ». C’était un rire d’incrédulité : « ils exagèrent… » En fait, Jimmy avait tout vu, tout dit, tout écrit dans son livre « Le Piège », écrit en 1993, non seulement sur le plan sanitaire mais aussi sur le plan de l’économie et de la sécurité.  Je racontais tous les soirs, devant nos assemblées de curieux, la même histoire métaphorique sur la « jurisprudence du Titanic » : « Le Titanic a coulé à cause d’une seule lame de glace qui a percé la coque. Parce que la carène du navire n’avait prévu qu’un caisson seulement. Lorsque nous avons créé le Vendée-Globe, nous avons imposé sept compartiments étanches dans la coque de chaque bateau. Si l’un des sept se remplit d’eau, il en reste six… Les compartiments étanches empêchent le bateau de couler. Eh bien, chers amis, la jurisprudence du Titanic, c’est que les nations sont les compartiments étanches de la mondialisation. » 
La réaction des élites et des médias était la même : « On ne peut pas s’opposer à la mondialisation. Elle est dans le sens de l’histoire. »

Quelle est la signification profonde de l’épreuve que nous traversons ?

Le confinement obligatoire sonne le glas de la fameuse « mondialisation heureuse ». La défaite intellectuelle des mondialistes est à la mesure du drame du coronavirus. Il signale, pour ceux qui ont un peu de lucidité, la fin du « Nouveau Monde » et le retour en force de « l’Ancien Monde ». Après la chute du mur de Berlin, on nous a expliqué que nous allions entrer dans un nouveau monde qui viendrait inaugurer une nouvelle ère, post-moderne, post-nationale, post-morale, une ère de paix définitive. Ce nouveau monde serait deux fois novateur : d’abord il nous débarrasserait des souverainetés et des États, puisqu’il serait ahistorique et apolitique. Ce serait la fin définitive des guerres, de l’histoire, des idées, des religions et l’avènement du marché comme seul régulateur des pulsions humaines et tensions du monde. Les citoyens allaient se muer en consommateurs sur un marché planétaire de masse. Excitant, non ? Et puis – deuxième novation – le nouveau monde organiserait enfin le primat ricardien de l’économie sur la politique, portant ainsi l’idée pacifique d’une réallocation des ressources au niveau du « Village Global » et d’un monde d’ouverture multiculturel. On pensait que les grandes organisations supranationales suffiraient à la supervision de ce nouveau monde où tiendraient dans la Main invisible du libéralisme les bonheurs et prospérités. À partir de ce moment-là, le vocabulaire changea : on ne parlait plus de gouvernement mais de gouvernance, de loi mais de régulation, de frontière mais d’espace, de peuple mais de société civile.

L'idéologie mondialiste est en train de mourir du coronavirus. En effet, quand revient le malheur, quand rôde la guerre - par exemple à la frontière gréco-turque - ou la mort - avec la pandémie -, les zombies des organisations internationales n’ont plus rien à dire - et d’ailleurs on ne les consulte plus.

Aujourd’hui, nous comprenons que cette vision idéologique est en train de mourir du coronavirus. En effet, quand revient le malheur, quand rôde la guerre - par exemple à la frontière gréco-turque - ou la mort - avec la pandémie -, les zombies des organisations internationales n’ont plus rien à dire - et d’ailleurs on ne les consulte plus. C’est le grand retour au carré magique de la survie. 

Quand on décide de confiner un pays, la 'République de la PMA' ne confie pas les enfants des écoles aux fonds de pension mais aux pépés et mémés

Le premier point du carré, c’est la frontière, c’est à dire la protection, ce pour quoi les États ont été inventés. Le deuxième, c’est la souveraineté, c’est à dire la liberté des peuples pour prendre des décisions rapides et ajustées. Le troisième coin du carré, c’est le local, donc le contrôle au plus proche des intérêts vitaux. Le quatrième point, c’est la famille, puisque, quand on décide de confiner un pays, la « République de la PMA » ne confie pas les enfants des écoles aux fonds de pension mais aux pépés et mémés. 

Rapidement après le début de la crise sanitaire, on s’est rendu compte que la France n’était pas souveraine dans de nombreux domaines, notamment la production de médicaments. Emmanuel Macron a dit : « Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie au fond, à d'autres, est une folie ». Est-ce le retour en grâce de la notion de souveraineté ?

Oui, absolument. Quel chemin de Damas ! Qu’est-ce donc que la souveraineté ? C’est la compétence de la compétence. On est souverain ou on ne l’est pas. On ne peut pas l’être à moitié. Une femme n’est pas à moitié enceinte. Quand De Gaulle a adhéré au traité de Rome, il a eu une expression significative : la France s’engageait à adhérer à une « Europe de la coopération », à la condition expresse que la nouvelle institution ménage les souverainetés, pour préserver les « intérêts vitaux des nations ». Il citait à titre d’exemples, comme intérêts vitaux, l’autonomie du nucléaire français, l’énergie, l’agriculture, ou encore notre culture et notre art de vivre.
Depuis les traités de Maastricht, Amsterdam et Marrakech, nous avons aliéné notre souveraineté. Comme je le disais à l’instant, la souveraineté se définit par le primat du politique. L’aliéner, c’est permettre à l’économie de s’organiser comme elle l’entend. Cette dernière va toujours là où vont ses intérêts. Nous avons donc connu un capitalisme débridé qui a choisi dans un premier temps l’aliénation américaine et désormais l’aliénation chinoise. Les gens qui ont prôné cette idéologie de la soi-disant division internationale du travail savaient ce qu’ils faisaient. Ils ont laissé derrière eux une France en pièces détachées, un pays qui n’a plus d’industrie qui vend ses plateformes aéroportuaires, et qui a favorisé une agriculture dégradée en un processus agrochimique suicidaire, un pays qui fait fabriquer les pièces de rechange des chars Leclerc en Chine, et lui confie le soin de produire pour elle ses médicaments.

La mondialisation, dont l’Europe n’a jamais été qu’un cheval de Troie, a favorisé quatre crises mortelles. La crise sanitaire, la crise migratoire, la crise financière larvée et la crise économique.

Nous disions en 1994, avec Jimmy Goldsmith : « La mondialisation est un système de spoliation dans lequel ce sont les pauvres des pays riches qui subventionnent les riches des pays pauvres ». Et nous ajoutions : « Dans un premier temps, tout ira bien. Les entreprises iront fabriquer là où c’est le moins cher, et iront vendre là où il y a du pouvoir d’achat. Mais viendra le moment où le piège se refermera ». Nous y sommes. La mondialisation, dont l’Europe n’a jamais été qu’un cheval de Troie, a favorisé quatre crises mortelles. La crise sanitaire ; mais aussi la crise migratoire avec une immigration non plus de travail mais de peuplement qui installe sur notre sol le face à face de deux civilisations. Songeons que c’est à Erdogan, contre un pourboire de six milliards d’euros, que l’Europe a confié le soin de garder sa frontière. C’est donc à lui d’ouvrir quand il veut, les écluses. Il est le patron. Il n’y a pas de protectorat heureux, il n’y a que des dhimmis. Et puis il y a la crise à venir, la crise financière larvée, puisque nous évoluons tous sans le savoir dans une bulle de savon qui grossit de jour en jour, dont les volutes virtuelles s’enfantent les unes les autres, déconnectée de l’économie réelle ; et enfin la crise économique, la paupérisation des gilets jaunes par la délocalisation systématique qui a substitué aux circuits courts et à la production locale cette folie anti-écologique du circuit long et de la recherche discrète de l’exploitation du plus pauvre parmi les plus pauvres du monde. On est sur le point de redécouvrir l’idée désuète du petit jardin ouvrier comme soupape de sécurité à la grande surface, approvisionnée à 60 % de ses produits, par les producteurs lointains et sans aucun scrupule écologique.

Il est extraordinaire d’observer, avec le coronavirus, l’évolution du langage. On nous parle dans un langage vulgaire qui rappelle la fille de Molière allant à la selle, de « faire nation », on nous parle du confinement des départements qu’on voulait supprimer il y a encore quelques semaines, on nous parle des préfets, on nous parle de l’État

On a perdu le sens des hiérarchies distinctives, et notamment de la différence entre l’économie et la politique. L’économie sert des intérêts quand la politique n’est pas autre chose que la protection des citoyens. Elle doit rester au-dessus. Elle est première. C’est le bouclier régalien. Il est extraordinaire d’observer, avec le coronavirus, l’évolution du langage. On nous parle dans un langage vulgaire qui rappelle la fille de Molière allant à la selle, de « faire nation », on nous parle du confinement des départements qu’on voulait supprimer il y a encore quelques semaines, on nous parle des préfets, on nous parle de l’État. Le coronavirus a fait déjà deux morts de grand renom : Schengen et les critères de Maastricht. J’avais dit en 2015, dans mon livre Le moment est venu de dire ce que j’ai vu (Albin Michel), que le mur de Maastricht tomberait un jour ou l’autre. Il vient de tomber. Il a chopé le virus. 
Le coronavirus a fait déjà deux morts de grand renom : Schengen et les critères de Maastricht. J’avais dit en 2015 que le mur de Maastricht tomberait un jour ou l’autre. Il vient de tomber. Il a chopé le virus

La souveraineté revient en grâce, et par conséquent les souverainistes se multiplient…

Oui. On entend Bruno Le Maire parler de « souverainisme économique ». Une merveille ! Il y aura bientôt deux variétés de souverainistes : les souverainistes de souche et les souverainistes d’opportunité. Il faudra que les premiers ouvrent les bras aux seconds, sans gestes barrière. C’est nous qui avons inventé, en 1999 avec Charles Pasqua, le mot « souverainisme ». Je l’ai prononcé pour la première fois publiquement en 2004 devant l’Académie des sciences morales et politiques. Je me souviens qu’à l’époque, le mot était repris par nos adversaires comme si on avait attrapé la vérole. Aujourd’hui, les catéchumènes du souverainisme se font tonsurer, les yeux mi-clos, dans un silence cathédral qui appelle à la génuflexion oblique du dévot pressé. Il faut dire que le réel s’impose à chacun. Par exemple, la France est le seul pays au monde qui aura jusqu’au bout refusé de rétablir ses frontières, au nom du refus de ce qu’Emmanuel Macron vient d’appeler le « repli nationaliste ». Aujourd’hui, tous les pays européens, y compris l’Allemagne, ont rétabli leurs contrôles aux frontières. Seule la France se préoccupe de sauver le « soldat Schengen ». C’est dire la puissance de l’idéologie, quand on préfère les morts du coronavirus à la vérité protectrice. Les belles âmes du « Nouveau Monde » à l’agonie préfèrent encore avoir tort avec le coronavirus que raison avec les souverainistes. Quoi qu’il arrive, il ne s’agit pas, selon eux, de sauver les malades, il faut sauver l’idéologie. Mais le Réel, qui est impitoyable quand il tient à pleine main la faux du trépas, vient contrarier leurs certitudes et inoculer le doute dans leurs syllogismes mortifères.

Vous l’avez dit : la France est l’un des derniers pays à avoir refusé de fermer ses frontières. Comment expliquez-vous la persistance de ce tabou quand le monde entier adoptait cette solution de bon sens ?

Le « Nouveau Monde » continue à désigner la frontière comme le mal absolu, mais on a bien été obligés d’inventer ce qu’on appelle les gestes-barrière. Or, qu’est-ce qu’un geste-barrière ? Une frontière entre individus. Et puis on invente les “clusters”. Qu’est-ce qu’un “cluster” ? Une frontière. Et puis on invente le confinement. Le confinement du Haut-Rhin, le confinement du Morbihan. Qu’est-ce que le confinement du Haut-Rhin ? Le confinement d’un département. Tiens tiens ! Les frontières départementales sont le bien, les frontières nationales sont le mal. C’est une curiosité épidémiologique pour les chercheurs d’après-demain.
Et voilà qu’on propose désormais un confinement total du pays. Mais en réalité, comme on garde les frontières ouvertes, on cherche à gérer le stock sans gérer le flux. On veut faire la chasse au coronavirus chez nous, dans un pays confiné, mais dans un pays qui n’est pas protégé du flux extérieur, principal bouillon de culture - avec le métro.

Macron dit aussi : « Nous devons (…) construire plus encore que nous ne le faisons déjà une France, une Europe souveraine, une France et une Europe qui tiennent fermement leur destin en main. » La crise du coronavirus n’a-t-elle pas montré les limites de la solution européenne ?

Tous les esprits sensés, soit pour s’en féliciter, soit pour le regretter, constatent que dans cette crise, depuis le début, les institutions de Bruxelles sont passées sous le tapis et que ce sont les États qui reprennent à leur compte tous les leviers permettant d’endiguer le virus. En d’autres termes, quand on connait un grand malheur comme cette pandémie, que notre société est entre la vie et la mort, individuelle ou collective, le réflexe des peuples n’est plus aux vocalises « sauver la planète », le « Vivre ensemble » des embrassades par-dessus « les ponts qui remplacent les murs », c’est de se tourner vers les États, et le réflexe des États n’est pas de s’adresser à Bruxelles, l’OCDE, l’ONU ou l’OMC, c’est de protéger les nations et les peuples. CQFD. « Ce qu’une nation ne fait pas pour elle-même, personne ne le fera jamais à sa place », disait Charles Pasqua. 

La première réaction de nombreux Français à l’annonce du confinement fut de rentrer chez eux et de se rassembler en famille. Là encore, ce réflexe n’est pas vraiment dans l’ADN du « Nouveau Monde » …

Il n’y a plus de ministère de la Famille. On nous a expliqué, avec la PMA, que la famille de « l’Ancien Monde » était désormais désuète, anachronique, qu’elle relevait d’un patriarcat inégalitaire et moralement castrateur. L’idée d’un père, d’une mère, d’un grand-père et d’une grand-mère, apparaissait comme surannée. Or, à la suite de la fermeture des classes, le message du président de la République, réaffirmé par les ministres (y compris monsieur Castaner), c’est le grand retour à la famille. C’est-à-dire que quand on est dans l’urgence affective et la détresse, qu’on veut protéger un peuple, ce n’est plus la commission de Bruxelles mais l’État qui prend les choses en main, et ce n’est plus la PMA ou la GPA qui est à l’ordre du jour mais la famille traditionnelle. 
En d’autres termes, le premier échelon d’entraide, de solidarité et d’assistance, aux dires mêmes de l’État, c’est la famille et la filiation fondée sur le principe que les aînés aident à sauver les enfants. Et que les plus jeunes déploient auprès des anciens leur sollicitude protectrice. C’est l’idée de la génération et du Temps long qui triomphe. Tout à coup, on découvre que la première sécurité sociale dans cette société qui a fabriqué une espèce hybride de solidaires-solitaires et fait naître des fils d’éprouvette, c’est la famille au sens de l’ordre naturel. Comme pour la frontière, comme pour la souveraineté, comme pour le local, on a évacué le réel par la porte, il revient par la fenêtre du confinement. 

Macron a dit, sans que l’on sache vraiment à quoi il pensait : « Il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s'est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour ». Que voudrait donc dire selon vous « tirer les leçons du moment que nous traversons » ?

Eh bien, cela veut dire : faire demi-tour. Remettre à l’endroit tout ce qui est à l’envers. Sortir des impasses où les élites nous ont engagés depuis Mai 68. La première leçon est économique, c’est de revenir à une économie productive de proximité. D’engager le grand rapatriement de nos forces vives. Revenir à l’économie réelle. Ce qui veut dire : gager l’argent qui circule sur le réel. Et le faire avant que l’euro ne s’effondre – le prochain virus. Recréer une industrie nationale, recréer une agriculture française qui ne violente pas la nature, déconnectée de l’agro-chimie. Ou encore fabriquer chez nous nos médicaments et les pièces détachées de nos productions stratégiques. C’est à dire rétablir la libre protection de nos intérêts vitaux.
La deuxième leçon est constitutionnelle, c’est de rétablir nos frontières dont les bonnes âmes découvrent aujourd’hui qu’elles sont des filtres protecteurs et pacifiques. 
La troisième leçon est écologique. Il faut rétablir dans nos échanges et nos productions le primat du circuit court. Revenir au bidon de lait qu’on va chercher à la ferme d’à côté. Produire français en France. 
La quatrième leçon est juridique. On ne peut plus accepter la supériorité d’un simple règlement de Bruxelles sur notre constitution elle-même. On ne peut plus accepter non plus qu’au nom d’un soi-disant État de droit, le politiquement correct, tout au feu ardent de ses brandons de haine, cherche à terroriser les expressions libres, impose la pensée conforme et envoie toutes les semaines Zemmour chez le juge d’instruction. 
Je pense qu’à la suite du Brexit, hier, et du coronavirus, aujourd’hui, l’institution bruxelloise est morte. Elle est comme un canard sans tête qui continue à courir. Sans tête, et sans cervelle. L’OMC, l’OTAN, tout cela, c’est fini. Le « Nouveau Monde », c’est l’ancien temps. La grande question qui est à l’ordre du jour, c’est de faire autre chose, c’est-à-dire un concert des nations. Dans un concert, on ne cherche pas tous emboucher la même trompette, mais à mettre en harmonie nos sonorités instrumentales, à raison même de leurs singularités. Il y a juste une dispute pour occuper la place du premier violon : acceptons-en l’augure. Il faut donc mettre à l’ordre du jour le Frexit. Cesser d’être toujours à courir après l’histoire qui se fait sans nous.

Il y a plus de chances de voir arriver les masques dans les hôpitaux que de voir émerger la « souveraineté européenne ». Une souveraineté sans peuple, c’est comme l’amour à distance, de la branlette.

On voit bien avec le coronavirus que le rêve de Bruxelles s’est transformé en cauchemar, il s’est désintégré parce qu’il était tramé dans un tissu de mensonges. Le mondialisme et l’européisme nous ont rendu malades. À la pandémie sanitaire s’ajoute la pandémie économique, je ne suis pas sûr que le tissu conjonctif de la France industrieuse s’en relève un jour. On compare les morts, comme à Eylau, après coup. Prenons garde. Dans l’affaire du coronavirus, vous avez pu remarquer que la France et l’Europe ont suivi le virus, avec une sorte d’esthétique du temps de retard. Nous sommes aujourd’hui dans un demi-confinement, en retard sur l’Italie et l’Espagne. On suit les autres pays. J’ai peur que ce soit pareil pour la question européenne. Bientôt, la France sera la seule à y croire encore. L’Europe charnelle du groupe de Visegrad n’y croit plus. L’Italie s’en moque. L’Angleterre est partie. L’Otan se traine. Erdogan nous fait des pieds de nez et demande de rabouler le pognon pour nous protéger. Merkel est en assistance respiratoire. Et voilà qu’Emmanuel Macron nous parle, en plein coronavirus, de la nécessité d’une « souveraineté européenne » … Il y a plus de chances de voir arriver les masques dans les hôpitaux que de voir émerger la « souveraineté européenne ». Une souveraineté sans peuple, c’est comme l’amour à distance, de la branlette. Il ne faut plus prendre ce concept comme une simple erreur. Avec le coronavirus, c’est désormais une plaisanterie. C’est de l’humour anglais. 

Agnès Buzyn a dit dans Le Monde : « Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu ». C’était il y a un mois…

Voilà une ministre de la Santé qui quitte son ministère en plein drame pour convoiter un fauteuil de maire de Paris. Ah ! le « Nouveau Monde » ! C’est misérable. Je pense qu’il faudra constater le jour venu, de manière rétrospective, la faillite du soi-disant « Conseil scientifique ». Son président vient de déclarer qu’il avait minimisé le fléau à venir, qu’il n’y croyait pas encore fin janvier. On a donc perdu deux mois. Incroyable ! Le statistiquement correct et le scientifiquement correct sont à la biologie et à la santé ou l’immigration ce que le politiquement correct est à la pensée : un mensonge officiel. Soit les autorités sanitaires ne savaient pas que le coronavirus allait débarquer chez nous, mais moi je le savais par mes amis russes, chinois et américains, or je ne suis pas dans l’appareil d’État. Ces amis, virologues, nous prévenaient : « Vous êtes fous. De ne rien faire. De ne pas fermer vos aéroports. » Tout le monde le savait. Les autorités sanitaires le savaient. Soit, deuxième hypothèse, les gens qui nous gouvernent le savaient mais n’ont rien voulu dire et rien voulu faire, mais alors la question est encore plus grave. Pourquoi cette inertie ? Si on avait pris à temps l’épidémie, par exemple en rétablissant nos frontières immédiatement, on aurait cerné, affronté la pandémie et préservé beaucoup de vies humaines.

Le gouvernement a choisi de maintenir les élections municipales. Que vous inspire cette décision ? 

Cette affaire des élections municipales condamne la classe politique tout entière puisqu’à ma connaissance, il y a eu des réunions entre le gouvernement et l’opposition, qui se sont accordés pour réclamer, quoi qu’il en coûtât, la tenue des élections municipales. Encore jeudi dernier, je me souviens avoir entendu un sénateur vendéen pérorer dans les fièvres des petites ambitions d’histricule, en demandant au Premier ministre que « la démocratie ne soit pas mise en quarantaine ». C’est à chacun de faire son examen de conscience. La classe politique – on nous parle d’un consensus – a voulu maintenir les élections parce qu’elle est déconnectée du réel et qu’elle ne se soumet qu’à ses intérêts et ses préoccupations. Ce qui est grave dans toute cette affaire, c’est que les autorités sanitaires et politiques ont envoyé trois messages parfaitement incohérents, provoquant ainsi la légèreté des conduites individuelles. 

Le maintien du premier tour et l’annulation du deuxième signent devant le peuple - qui l’a bien compris - la carence, l’impréparation, le tropisme mortifère de notre classe politique qui préfère la préservation du système politique à la protection du système de santé. 

Le premier était le suivant : ce n’est pas si grave puisque l’on maintient les élections municipales, elles ne sont donc pas un foyer de contagion. Mais alors, marcher dans les parcs non plus. Si on les maintient, c’est que la contamination n’est pas si dangereuse que cela ! Comment a-t-on pu en 24 heures, fermer les restaurants et ouvrir les salles de vote où la promiscuité civique est un risque supérieur à n’importe quelle promenade ? Le maintien du premier tour et l’annulation du deuxième signent devant le peuple - qui l’a bien compris - la carence, l’impréparation, le tropisme mortifère de notre classe politique qui préfère la préservation du système politique à la protection du système de santé.
Le deuxième message est tout aussi incohérent. Pendant des semaines, on nous a rassurés : c’est une gripounette, d’ailleurs 98 % des gens qui l’attrapent en sortent indemnes. Mais alors, pourquoi tout ce foin ? Pourquoi tous ces confinements ? Du coup, beaucoup de gens se sont dit : s’ils maintiennent les élections municipales malgré le virus, et s’ils considèrent qu’il y aura très peu de victimes, ils font du bruit pour rien, c’est pour nous cacher autre chose, c’est une diversion. Voilà ce que j’ai entendu pendant des semaines. Et tout à coup, le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur morigènent les Français et leur reprochent d’avoir pris leurs aises la veille du scrutin en allant flâner sur les quais ou cueillir des jonquilles au rebord des fossés…
Enfin, le dernier message, c’est de mettre la France en confinement et de garder le métro en circulation. Selon les virologues, qui le disent à voix basse, le métro est un vecteur viral dix fois supérieur en termes de contamination à tous les autres foyers de fermentation. C’est, selon les virologues, le « premier bouillon de culture ». Une fois de plus, on demande à certains Français, notamment ceux de la province, d’accueillir les Parisiens et de payer le prix fort avec le confinement, mais le métro, vache sacrée du nouveau monde, continue à rouler. C’est un scandale sanitaire avant d’être un scandale moral. On nous dit : « C’est pour les infirmières ». Réponse : il faut réquisitionner les taxis pour les infirmières, ne serait-ce que pour confiner leur transport et préserver leur santé.

Depuis le week-end dernier, les catholiques ne peuvent plus assister à la messe. Qu’avez-vous pensé de la décision de fermer les portes des églises ?


C’est une rupture allégorique de civilisation et aussi un renversement symbolique de tous les paradigmes de la chrétienté millénaire. Jadis, quand il y avait un grand malheur dans la cité, jusqu’à Paul Reynaud en 1940 qui alla à pied réclamer un miracle à Notre-Dame, on se précipitait dans les églises. Les curés se promenaient avec le Saint Sacrement, aspergeaient les rues et les malades, les appels à la prière étaient partout. Saint Louis, à Royaumont, apportait lui-même à manger au frère Liger, qui était un lépreux décharné et sur le visage duquel voyageaient toutes les répugnances de la nature. C’était peut-être excessif mais c’était beau. C’était enté sur l’idée que la vie est un mystère qui nous est confié en dépôt. La religion était centrale. Elle est périphérique. Aujourd’hui, les communiqués épiscopaux ont revêtu à leur tour la phraséologie du commun : « La Santé est le premier de nos biens communs ». Il y a même des évêques qui viennent d’interdire aux personnes âgées de plus de 70 ans de participer aux enterrements. On enterre à la pelle, plus au goupillon. Et Lourdes ferme ses portes. Il n’y a plus de miracle. On ferme la grotte, on éteint les cierges. On confine Bernadette. Renversement de perspective qui ne sera pas sans conséquence. Foin de la piété populaire et des cierges de supplication. Quand on entend les appels à de nouvelles vocations, je me dis par-devers moi : une Église qui ferme ses églises ne peut susciter qu’une sorte de vocation : la vocation de serrurier. 


Extrait de Valeurs Actuelles du 18 mars 2020