Veuillez noter le 19 octobre 2019, dans vos agendas, date de notre prochaine journée vendéenne.

vendredi 1 novembre 2019

Histoire vendéenne : deux nouveaux livres


Les éditions « La Chouette de Vendée » ont pris l’initiative de créer en cette année 2019 une nouvelle série d’ouvrages intitulée
« Les Officiers méconnus des Guerres de Vendée ». Une série qui, par sa nouveauté, suscite déjà beaucoup d’intérêts parmi les personnes concernées par l’Epopée Vendéenne et pourrait devenir une référence dans le domaine.


Cette maison d’éditions s’était déjà consacrée, entre autres, à plusieurs livres relatifs à l’Insurrection Vendéenne de 1793. Dans cet objectif, elle a, en particulier, édité en 2018 un ouvrage intitulé « Madame de Bonchamps les Mémoires » écrit par le docteur Alain Gaillard et en 2019 un livre de référence « Les Armes de Récompense » rédigé par Pierre Gréau. D’ailleurs, le nom même de l’entreprise fait allusion à ce sympathique animal dont le cri servait de signal aux Vendéens pendant l’Insurrection de l’Ouest au moment de la Révolution. 
Les ouvrages de cette série sont tous au format 15 x 21, comprennent de 100 à 150 pages environ et sont richement illustrés de documents, plans, photos et cartes postales anciennes. 
Le premier sorti est consacré à AUGUSTIN DEHARGUES. Il a été écrit par Pierre Gréau, historien des Guerres de Vendée et spécialiste de la Virée de Galerne. 
Augustin Dehargues était un simple officier des Armées Vendéennes, très peu connu du grand public, qui a eu un parcours un peu atypique et qui n’a pas beaucoup intéressé les historiens jusqu’à présent. Ce n’était ni un paysan, ni un aristocrate, mais un bourgeois, c’est à dire la catégorie sociale la moins bien représentée dans les Armées Vendéennes. 
Quatrième enfant de René Dehargues fermier général et de Marie-Anne Richard, Augustin Dehargues (sieur d’Estiveau) nait en 1762 au château de la Jobtière dans la paroisse de La Ronde (Deux-Sèvres). Sa vie sociale va se dérouler ensuite près de La Châtaigneraie à la frontière orientale du département de la Vendée. Au début de la Révolution de 1789, à l’égal des autres membres de sa famille, il commence par servir le nouveau régime, comme maire de la commune de Menomblet. Quelle évolution psychologique personnelle va ensuite l’amener à rejeter ce même régime et même à le combattre par les armes ? Toujours est-il que dès le début de l’Insurrection en mars 1793, il est au côté des troupes vendéennes.
Il sera par la suite Adjudant Général (adjoint de Stofflet) dans l’Armée d’Anjou. On le retrouve aux batailles de Thouars, de La Châtaigneraie, de Fontenay-le-Comte, de Luçon et finalement à celle de Cholet. Il est ainsi amené à traverser la Loire et à participer à la Virée de Galerne, dont le résultat est malheureusement connu. Et c’est sur le chemin du retour, après l’échec devant la forteresse de Granville, qu’il est tué le 22 novembre 1793 lors des combats sur la route de Pontorson à Dol-de-Bretagne.
Le second ouvrage, sorti très récemment, est consacré à LOUIS-DOMINIQUE USSAULT de DIN CHIN et a été rédigé par Maurice Bedon.
Cette biographie de Louis-Dominique Ussault de Din-Chin retrace en même temps l’histoire militaire de l’Armée du Centre commandée par Charles de Royrand et qui défendait la Vendée départementale. Une armée beaucoup moins bien connue que celles d’Anjou avec ses célèbres chefs charismatiques et à laquelle les historiens se sont assez peu intéressés.
Louis-Dominique Ussault, l’un des quatre enfants d’un aubergiste de Pouzauges, est né le 16 novembre 1767. Il a commencé sa formation au séminaire d’Angers mais a été volontaire dès le début de l’Insurrection Vendéenne. Il est tout de suite nommé chef de paroisse.et participe à toutes les campagnes à partir de la bataille de Gravereau. Il monte ensuite en grade jusqu’à atteindre celui d’Adjudant Général. Après la bataille de Cholet, il participe à la désastreuse Virée de Galerne, mais part combattre dans le Bas-Maine et en Bretagne, évitant ainsi les massacres du Mans ou de Savenay. Pendant cette période, il sauve aussi Eulalie de Ponsay et tombés amoureux l’un de l’autre, ils se marient le 11 juillet 1797 à Saint-Mars-des-Prés (Chantonnay).
Leur bonheur est malheureusement de courte durée car Eulalie meurt seulement neuf mois plus tard. Louis-Dominique est mis en prison le mois suivant, mais il participe plus tard à la révolte de 1815. Il s’installe au logis de Din-Chin avec sa seconde épouse Marie Pélagie Robert-Dubotneau et y décédera le 10 octobre 1847 à l’âge de 80 ans. Il avait été anobli, fait chevalier de Saint Louis et nommé maire et juge de paix.

Dans cette nouvelle série consacrée « aux Officiers méconnus des Guerres de Vendée » une dizaine d’autres titres, rédigés par des auteurs différents, sont en projet ou déjà en préparation. 


Pierre Blot

samedi 26 octobre 2019

Samedi 30 novembre à La Tourlandry, conférence sur les royalistes après la mort du comte de Chambord

A l'initiative de l'A.V.P.L. - Association pour la Valorisation du Patrimoine Landoricien - Dominique Lambert, président-fondateur de la Vendée Militaire, animera une conférence sur le thème : Les derniers jours et la mort du comte de Chambord (1883), et la continuité royaliste en France. L'exemple de l'Anjou.


Salle paroissiale à partir de 17h00. Entrée gratuite.

jeudi 17 octobre 2019

JOURNEE DU 19 OCTOBRE 2019 : PLANS & ITINERAIRES

Voici le programme (modifié) de notre journée en Mauges et les itinéraires.

09h45 : rendez-vous au château de la Morosière, organisation du co-voiturage. 
7mn-3km
10h00 : Le château du Lavoir. Visite extérieure avec l’aimable autorisation d’Alain de Villechabrolle, propriétaire des lieux.
10mn - 9km
10h45 : Le Pin-en-Mauges, visite de l’église ; la maison de Jacques Cathelineau, le cimetière.
8mn - 8km
11h45 : Neuvy-en-Mauges, inauguration d’une plaque commémorative au Grand Moulin de Grouteau, en l’honneur de « Monsieur Henri » Nicolas Stofflet et les victimes du combat du 25 janvier 1794.
8mn - 8km
12h 30 : Bourgneuf-en-Mauges, déjeuner au Relais de la Boule d’Or, 6 rue Notre-Dame.
9mn - 7km
15h30 :  Inauguration d’une plaque commémorative au château de la Morosière qui fut le quartier général de Stofflet. 
16h00 : Domaine de La Morosière, près du château, veillée vendéenne animée par Dominique Lambert sur le thème de la pacification de 1795-1796. 
18h00 : partage de la brioche et du cidre offerts par la Vendée Militaire. Fin de la manifestation 

Il est absolument interdit de garer les voitures sur le chemin qui conduit au " domaine de la Morosière".
Cliquez sur ce lien :
 https://vendeemilitaire.blogspot.com/2019/10/journee-du-19-octobre-prochain-neuvy.html

 ITINERAIRES de la journée

Eglise du Pin en Mauges - 10h45



 

Journée du 19 octobre prochain à Neuvy

Dernières précisions

La journée de la Vendée Militaire, le 19 octobre prochain, s'annonce comme un nouveau succès. Nous sommes à ce jour 80 inscrits pour le banquet.... La salle de restaurant est maintenant complète. Au point qu'il serait difficile d'accueillir deux ou trois personnes de plus.
 Cette journée, étant celle de notre assemblée générale, est réservée à nos adhérents. C'est pourquoi nous n'avons pas diffusé l'information auprès de la presse locale et nous avons donc été bien avisés. La journée du 19 sera donc toute Vendée Militaire. Nous penserons aux nombreux adhérents qui vivent loin de la Vendée et ne pourront être parmi nous ce jour-là.

Il est absolument interdit de garer les voitures sur le chemin qui conduit au " domaine".
Les voitures, de ceux qui nous retrouverons dès 8h45 à l'assemblée générale, devront être remisées dans les deux parkings près le " Domaine de la Morosière ".
Les voitures, ne trouvant pas de places dans ces parkings, devront être garées à l'extérieur du château et du domaine, c'est-à-dire dans les rues de Neuvy.
Leurs occupants devront gagner à pied le château. Après l'Assemblée générale, qui se terminera à 09h45, s'organisera le co-voiturage.
Précisons que l'A.G. aura lieu dans une salle du château mise gracieusement à notre disposition par Mme Maurizio Giovannini. Les voitures ne pourront en aucun cas être garées dans l'allée du château.

Les précautions de parking, prises dès le début de la journée, seront toujours valables pour l'inauguration de la plaque commémorative à 15h30 et pour la veillée qui débutera dans une salle du domaine à 16h. 

Ajoutons enfin que M. l'abbé de Maillard, du prieuré de Gâtines, participera à notre journée et bénira les plaques. Nous l'en remercions du fond du cœur.



Collection Dominique Lambert de La Douasnerie

jeudi 10 octobre 2019

Au revoir Jean Brochard

C'est avec retard que nous avons appris la mort de Jean Brochard, survenue fin septembre à l'âge de 96 ans. Il fut l'un des trois fondateurs du bureau de Recherches Archéologiques du Choletais. C'était en 1957, dans la belle charmille du château de Clisson à Boisné à l'occasion d'une journée consacrée à Lescure. Il fut l'un des principaux animateurs de ce cercle qui fit découvrir à ses adhérents nombre de sites historiques, souvent méconnus, du choletais et de ses environs. Doué d'un véritable talent d'orateur et servi par une mémoire inépuisable, Jean Brochard était souvent invité par d'autres associations pour animer des journées. Il adhéra à la Vendée Militaire dès sa création et voulut bien nous aider au lancement de nos premières veillées vendéennes (1976). Passionné par la Vendée et royaliste dans l'âme, il ne doutait pas de la Restauration... A la Grâce de Dieu, disait-il. Nous lui avions proposé de donner, sous notre égide, une conférence à Angers, salle Saint-Laud, sur le thème, La continuité royaliste après la mort du comte de Chambord. Il accepta sans hésitation et conduisit cette passionnante conférence avec un incroyable brio.

Nous n'oublierons pas Jean Brochard véritable aède de la Vendée. Sa façon d'évoquer la grand'guerre, puisée dans Ernest Pérochon, selon sa confidence, restera dans nos mémoires.

Son corps repose auprès de son épouse au cimetière de Cholet, dans cette terre de la fidélité qu'il avait tant aimée.

Vendée Militaire


mercredi 9 octobre 2019

Lu dans... Libération du 2 octobre 2019. Le monde change

Nantes 1793, la Loire, Carrier et ses noyés
Par Christophe Forcari — 2 octobre 2019 

L'histoire ne se répète jamais. Elle balbutie parfois et fait sens le plus souvent. Elle se télescope avec le présent et percute notre quotidien. Souvent en empruntant des chemins buissonniers pour mieux se rappeler à notre bon souvenir. Elle ravive la mémoire des hommes qui l'ont souvent défaillante. Tous les samedis matins, «Libé» explore la concordance des temps. Aujourd'hui les noyades de Nantes.
M

lundi 7 octobre 2019

Des nouvelles de la revue Savoir

Chers amis de la Vendée Militaire

Certains d'entre vous s'inquiètent du retard de la revue. Encore un peu de patience, le n°128 est presque terminé. Le n° 129, presque terminé également, sera publié peu de temps après. Enfin, le n° 130 paraitra comme convenu en décembre. Nous retrouverons dans nos prochains numéros les plumes de MM. Xavier Maudet, Eric Guyot, Philippe Pichot-Bravard, Dominique Lambert de la Douasnerie, Wilfrid Paquiet.

Nos amis voudront bien nous excuser pour ce retard. Nous avons bien l'intention l'an prochain de tenir au plus près nos délais de parution.

SAVOIR

Jaquette Blanchard, Meunière au Pin



19 octobre léger changement de programme

Organisée par la Vendée Militaire une journée aura lieu à Neuvy-en-Mauges le samedi 19 octobre prochain. Au Programme de cette journée, ouverte à tous, consacrée à Henri de La Rochejaquelein et à Nicolas Stofflet : 9h45 : rendez-vous au château de la Morosière, organisation du co-voiturage. 10h00 : Le château du Lavoir. Visite extérieur avec l’aimable autorisation d’Alain de Villechabrolle, propriétaire des lieux. 10h45 : Le Pin-en-Mauges, visite de l’église ; la maison de Jacques Cathelineau, le cimetière. 11h45 : Neuvy-en-Mauges, inauguration d’une plaque commémorative au Grand Moulin de Grouteau, en l’honneur de « Monsieur Henri » Nicolas Stofflet et les victimes du combat du 25 janvier 1794. 12h 30 : Bourgneuf-en-Mauges, déjeuner. 15h30 :  Inauguration d’une plaque commémorative au château de la Morosière qui fut le quartier général de Stofflet. 16h00 : Domaine de La Morosière, près du château, veillée vendéenne animée par Dominique Lambert sur le thème de la pacification de 1795-1796. Entrée libre et gratuite. 18h00 : partage de la brioche et du cidre offerts par la Vendée Militaire. Fin de la manifestation. Prix de la journée (repas compris) 27 € par personne. Chèque à l’ordre de la Vendée Miltiaire. Pour tous renseignements et inscriptions : Vendée Militalire, 2 avenue de la gare, 49123 Ingrandes/Loire. tel : 02 41 39 25 36 ou 06 61 14 09 70

dimanche 22 septembre 2019

Journée de la Vendée Militaire avec deux thèmes exceptionnels

Le 21 juillet dernier la Vendée Militaire proposait une rencontre autour de Stofflet, rencontre qui attira un large public. Une plaque commémorative fut posée à l'auberge de la Croix verte qui avait servi de quartier général à Stofflet et à son état-major.
Aujourd'hui la Vendée Militaire propose une rencontre autour de "Monsieur Henri" 
et son dernier combat important : l'affaire du moulin de Grouteau à Neuvy-en-Mauges. 
Une plaque sera apposée au moulin, brûlé le 28 janvier 1794.
Une autre plaque sera apposée au château de La Morosière. 
Ancienne propriété de la famille de Violaine, 
ce château fut remanié et augmenté d'une chapelle au XIXème siècle.
Cette plaque commémorative sera inaugurée à l'entrée du château et rappellera que Stofflet y tint son quartier général du mois de mai 1795 à la reprise d'armes de 1796.
Rappelons que la château avait été fréquenté par MM. de Bonchamps, d'Elbée, Charles d'Autichamp, Sébastien Jacques Cady, Gabriel Guiot de Follevile, soit-disant évêque d'Agra. 
C'était au temps où M. Louis-Joseph-Amable de Richard, baron de Castelnau (1728-1793), y séjournait avec son épouse et sa fille ainsi que le jeune de Violaine dont il était le tuteur. 
Le baron de Castelnau fut guillotiné à Angers le 19 novembre 1793 
et sa fille fusillée au Champ des Martyrs le 1er février 1794.

Venez nombreux assister à cette nouvelle journée de la fidélité.




vendredi 20 septembre 2019

Le film de Patrick Buisson sur Jeanne d'Arc : Que Dieu m'y garde

Nous avons eu, Sophie et moi, le privilège d'assister à Paris, le 20 juin dernier à l'avant-première de ce film projeté au Gaumont à Paris. Nous sommes revenus particulièrement ému par ce nouveau joyau du cinéma et par la magnifique interprétation de Katia Miran incarnant Jeanne d'Arc avec un talent incroyable.  Patrick Buisson a quitté en beauté la chaine Histoire avec ce véritable chef-d'œuvre.

Dominique Lambert

Figaro, 8 septembre 2019

Figaro Magazine, 5 septembre 2019
Valeur actuelle, 5 septembre 2019

mardi 10 septembre 2019

Le diocèse du Puy-en-Velay a ouvert le procès en béatification de martyrs de la Révolution


Le diocèse du Puy a ouvert au début du mois d’août le procès canonique en vue de la béatification et de la reconnaissance du martyr de l’abbé François Mourier et de ses compagnons, mis à mort au nom de leur foi chrétienne au Puy pendant la période dite de la Grande Terreur (1793-1794) de la Révolution dite française.

L’Introduction de cette cause a été autorisée par le Saint-Siège, puis la Conférence des évêques de France. La béatification de ces martyrs de la Révolution donnés en exemple pour l’héroïsme de leur fidélité et de leur charité, pourrait contribuer à maintenir vif le témoignage de la foi chrétienne dans une société marquée par l’indifférence et à encourager le zèle apostolique des communautés chrétiennes.

mercredi 7 août 2019

La Loire historique par Touchard Lafosse

L'un de nos adhérents met en vente le magnifique ouvrage de Touchard-Lafosse, La Loire Historique, publié à Nantes en 1840. Il s'agit là de la première édition de cet ouvrage mythique bien complet de ces cinq volumes. Cette édition rarissime est en vente au prix de 700 euros port compris. Vous pouvez contacter le vendeur au numéro de téléphone suivant : 02 41 75 11 58










dimanche 28 juillet 2019

Vidéo de la première partie de la journée du 27 juillet 2019

En attendant d'autres vidéos de notre magnifique du journée du 27 juillet 2019,
voici celle de l'inauguration de la plaque commémorative en l'honneur de Nicolas Stofflet,
à  la Croix-Verte située au 10 rue du Commerce à Maulévrier.
Une journée particulièrement réussie avec la participation de 102 convives. 
Le restaurant étant complet nous avons dû refuser du monde. Nous présentons nos excuses à ceux qui n'ont pas pu se joindre à nous pour le déjeuner à l'auberge du cheval blanc. 
Ajoutons que près de 150 personnes ont assisté aux manifestations le matin et l'après-midi, 
en particulier à la conférence de Dominique Lambert de La Douasnerie au château de Thouvois.



Photos de la journée Stofflet le 27 juillet 2019

Reportage photographique de la journée Nicolas Stofflet qui s'est tenue  le 27 juillet 2019 à Maulvier... En attendant une prochaine vidéo.
Inauguration d'une plaque commémorative sur l'auberge de la Croix-Verte, 10 rue du Commerce à Maulévrier, en l'honneur de Nicolas Stofflet.



Le Courrier de l'Ouest évoque notre magnifique journée Stofflet à Maulévrier

Courrier de l'Ouest, 28 juillet 2019

jeudi 25 juillet 2019

Itinéraires de notre journée à Maulévrier, samedi 27 juillet 2019

Voici les étapes et les 2 plans de notre journée :

10h         rendez-vous au parking, face à la pharmacie du parc, place du pré de la halle
10h15    chapelle Notre-Dame de Toutes-Aides, rue de Vendée
11h         inauguration de la plaque, 10 rue du commerce.
11h15     surprise de Stofflet
12h15     Auberge du Cheval Blanc
14h        promenade dans les rues de Maulévrier.
16h        Veillée au château de Touvois, route du château à Maulévrier.













mercredi 24 juillet 2019

Bientôt nos retrouvailles à Maulévrier le 27 juillet

Ouest-France, 22 juillet 2019
    Nous rendrons hommage à Nicolas Stofflet (1753-1796), le troisième généralissime de la grande armée catholique et royale d'Anjou et haut-Poitou. Les batailleurs de cette armée disaient simplement "la grande armée".

   Pour le dejeuner nous avons déjà atteint le chiffre de 102 couverts. Nous disposons encore de deux places... Avis aux amateurs. Nous aurons certainement davantage de monde. En effet, nombre d'habitants du pays de Maulévrier ne déjeunerons pas au Cheval Blanc à Saint-Pierre-des-Echaubrognes, mais participeront aux différentes manifestations proposées par la Vendée Militaire. Nous pouvons donc dès maintenant être satisfaits  de cette journée à venir.
Merci à toux ceux qui ont répondu à notre appel. Merci à tous ceux qui nous ont fait parvenir un don pour que nous puissions offrir la magnifique plaque commémorative qui ornera, samedi à 11h15, la belle façade du 10 de la rue du commerce à Maulévrier, quartier général de Nicolas Stofflet. Merci à ceux qui ont donné de leur temps pour la pose de cette plaque, pour transporter les chaises de Maulévrier au château de Thouvois.
C'est là qu'aura lieu la veillée vendéenne, animée par Dominique Lambert de la Douasnerie, qui nous parlera de son général préféré : Nicolas Stofflet.  Depuis 1969, il traque les moindres indices de ce personnage tellement décrié. Cette conférence aura lieu à 16h très précises. Elle portera sur trois thèmes :  Stofflet avant l'insurrection  - Stofflet généralissime - Charette contre Stofflet.

mardi 2 juillet 2019

Bienheureuse Sœur Théotiste, martyre d’Orange, future sainte guérie par Saint Benoit Joseph Labre le 29 juin 1783

Voici comment :
Marie-Élisabeth Pélissier était née à Bollène, le 15 avril 1741, de Pierre Pélissier et d’Élisabeth Piton. Son père avait la charge de notaire et occupait un certain rang dans la ville et dans la région. Sa mère était une excellente chrétienne qui éleva son enfant dans les pratiques de la piété et prit soin de déposer dans son âme les premiers germes de la vocation religieuse.
Le 9 mars 1758, Marie-Élisabeth Pélissier entrait, en qualité de postulante, au couvent du Saint-Sacrement de Bollène. Le 20 juin, elle y recevait le saint habit des mains du doyen de la collégiale, official de l’évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Messire Jean-Pierre de Guilhermier. Elle se consacrait définitivement à Dieu le 25 juin 1759, en présence de son père, de son frère et de plusieurs autres de ses parents. Elle reçut le nom de Sœur Théotiste du Saint-Sacrement.

dimanche 30 juin 2019

La bataille du Mans, les massacres et les ossements font l'objet d'un nouveau livre à ne pas rater


Commande auprès de la SOCIÉTÉ HISTORIQUE & ARCHÉOLOGIQUE DU MAINE 17, rue de la reine Bérengère, 72 000 Le Mans, au prix de 20 euros port compris.

mercredi 12 juin 2019

Les Massacres du Mans (suite)

Extrait de Ouest-France de ce jour, aimablement communiqué par l'un de nos adhérents. Merci à lui !

Ouest-France, 12 juin 2019