27 juillet 2019 : journée vendéenne à Maulévrier autour du général Stofflet. Venez nombreux

mardi 2 juillet 2019

Bienheureuse Sœur Théotiste martyre d’Orange, future sainte guérie par Saint Benoit Joseph Labre le 29 juin 1783

Voici comment :
Marie-Élisabeth Pélissier était née à Bollène, le 15 avril 1741, de Pierre Pélissier et d’Élisabeth Piton. Son père avait la charge de notaire et occupait un certain rang dans la ville et dans la région. Sa mère était une excellente chrétienne qui éleva son enfant dans les pratiques de la piété et prit soin de déposer dans son âme les premiers germes de la vocation religieuse.
Le 9 mars 1758, Marie-Élisabeth Pélissier entrait en qualité de postulante au couvent du Saint-Sacrement de Bollène. Le 20 juin, elle y recevait le saint habit des mains du doyen de la collégiale, official de l’évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Messire Jean-Pierre de Guilhermier et se consacrait définitivement à Dieu le 25 juin 1759, en présence de son père, de son frère et de plusieurs autres de ses parents. Elle reçut le nom de Sœur Théotiste du Saint-Sacrement.

dimanche 30 juin 2019

La bataille du Mans, les massacres et les ossements font l'objet d'un nouveau livre à ne pas rater


Commande auprès de la SOCIÉTÉ HISTORIQUE & ARCHÉOLOGIQUE DU MAINE 17, rue de la reine Bérengère, 72 000 Le Mans, au prix de 20 euros port compris.

mercredi 12 juin 2019

Les Massacres du Mans (suite)

Extrait de Ouest-France de ce jour, aimablement communiqué par l'un de nos adhérents. Merci à lui !

Ouest-France, 12 juin 2019

mardi 28 mai 2019

La messe de toujours

La Messe ordinaire

Il y a 50 ans, le 31 décembre 1969 la messe issue de la réforme liturgique voulue par le concile Vatican II devenait « obligatoire », interdisant de fait la messe tridentine sauf pour quelques vieux prêtres regardés avec un peu de condescendance.
En 1984 et en 1988, le Pape Jean-Paul II « autorisait » la célébration du Saint Sacrifice de la Messe selon le rit dit de Saint Pie V, dont la dernière réforme datait de 1963. Il fallait cependant pour les prêtres obtenir des autorisations épiscopales que les évêques ne donnaient que parcimonieusement, quand ils les donnaient.
Le Pape Benoît XVI a pris le problème à bras le corps le 7 juillet 2007 en donnant à chaque prêtre catholique la possibilité de célébrer selon le rit traditionnel, sans avoir à obtenir d’autorisation de qui que ce soit. Dans son Motu Proprio, Benoît XVI distinguait les deux rits par les qualificatifs d’extraordinaire pour la messe de Saint Pie V, celle de nos ancêtres vendéens qui se sont battus pour la conserver et d’ordinaire pour la messe de Paul VI.

mercredi 22 mai 2019

Savoir n°127 chez l'imprimeur

Un numéro spécial consacré à la duchesse de Berry

Cliquez sur l'image pour feuilleter quelques pages du numéro

Conférence de Pierre Gréau, au Poisson d'Argent le 18 mai 2019


Communiqué de Mgr le duc d'Anjou, chef de la Maison de Bourbon en soutien à Vincent Lambert, le 20 mai 2019


Montejurra, 5 mai 2019

Le 5 mai denier se tenait une grande manifestation carliste à Montejurra, en présence de S.A.R. Charles-Xavier de Bourbon-Parme et de son épouse. Nos amis carlistes, Sulpi, Esteve... nous ont adressé  quelques photos de cette cérémonie.






Nouvelle réflexion de Raphaël Charbonneau sur l'incendie de Notre-Dame

Et toi-même un glaive de douleurs te transpercera le cœur afin que se révèlent les pensées intimes d’un grand nombre.

Un glaive de douleur : la flèche enflammée de la cathédrale qui constitue le cœur de la France a bien transpercé la croisée du transept de Notre Dame.
L’autel « moderne » placé à cet endroit s’en est trouvé abimé alors que le véritable autel placé au fond du cœur est resté intact avec les statues de Louis XIII, Louis XIV et de la Piéta, et la croix d’or comme pour dire « voyez, comprenez ce que cela veut dire…. »


vendredi 19 avril 2019

L'incendie de Notre-Dame : une réflexion de notre adhérent Raphaël Cherbonneau

Notre Dame : L’incendie du cœur de la France

C’est la semaine Sainte de l’an de grâce 2019.
Le lundi 15 avril l’embrasement du toit de Notre Dame de Paris a provoqué des réactions dans le monde entier.
Et nous avons sous nos yeux une suite d’évènements très chrétiens ; par chrétien je veux dire passion, croix, mort, désespoir et puis … résurrection !
Depuis bien des années la ferveur catholique s’est refroidie en France, les français ont déserté les églises, on parle de les vendre, on les laisse à l’abandon, on en fait des salles de théâtre ou de concert.
Soudain tous les regards se tournent vers Notre Dame, la cathédrale connue dans le monde entier, le monument le plus visité de Paris, haut lieu touristique. Les catholiques prient et chantent « je vous salue Marie », les bobos regardent sans comprendre, certains y vont même de leur commentaires blessants et méprisants.
Mais une chose est certaine personne n’est resté indifférent !
La flèche enflammée s’est effondrée, transperçant la voute de la cathédrale …
« Et toi-même un glaive de douleur te transpercera le cœur ! »
Le coq (gaulois) qui ornait le sommet de la flèche est définitivement perdu ! Il contient des reliques :
Une épine de la couronne du Christ, une relique de Ste Geneviève et de Saint Denis, tout cela définitivement perdu ! Mais non ! Miracle … Le coq intact ou presque est retrouvé dans les décombres !
Le trésor de Notre Dame est sauvé par les pompiers de Paris et le coq retrouvé par un artisan.
Cela me remémore une histoire survenue en Russie. Celle d’une vieille Icone oubliée représentant « LA GOUVERNANTE » ; la Mère de Dieu ; Notre Dame !
Cette Icone fut cachée en 1812 dans un monastère devant l’avancée des troupes Françaises de Napoléon. Et retrouvée grâce à un songe d’une paysanne Russe le 26 février 1917.Cette Icone est accompagnée d’une inscription en lettres cyrilliques qui traduite dit : « Image : De la très Sainte Mère de Dieu qui gouverne »
Le plus grand miracle de cet incendie est que des personnes à la foi tiède se sont remises à prier devant ce spectacle de désolation.
Comment passer sous silence Sainte Geneviève, qui par sa ferveur religieuse a remis les parisiens à la prière et retourné une situation catastrophique alors que les drakkars des normands étaient arrivés à l’ile de la cité !
Comment ne pas voir que l’incendie de Notre Dame de Paris est survenu exactement à l’instant ou le discours très médiatisé de celui qui se croit autorisé à gouverner devait être diffusé !
 Notre Dame lui a repris le sceptre de l’autorité !
Elle a pris la première place sur tous les écrans de France ET DU MONDE  éclipsant définitivement ceux qui se croient autorisés à mettre le peuple de France en esclavage.
Les Bolchéviques et surtout Adolphe Hitler on traités les Russes d’esclaves (amalgame entre slaves et esclaves)… Quelle ignorance ! SLAVE veut dire GLORIEUX en langue Russe !
Et l’histoire ne se finit pas là. L’icône de la Gouvernante a été retrouvée dans le cave du monastère de KOLOMENSKOÏE le 2 mars 1917, le jour de l’abdication du Tsar Nicolas II.
Je cite : «  Et Nicolas II avait une dévotion exceptionnelle pour la mère de Dieu. En ces heures tragiques, il l’avait supplié de ne pas abandonner son peuple ! L’Icône venait apporter la réponse de la Reine Du Ciel : Elle conduirait, à travers d’innombrables souffrances, le peuple qui lui avait été confié, vers le repentir et le retour à Dieu. »
En 2019, 230 ans après 1789, le peuple de France se révolte, et est réprimé avec violence et se trouve également dans une grande souffrance …
La conclusion est que la Mère De Dieu, NOTRE DAME, n’a pas abandonné la France, ni le peuple de France qui lui a été confié par LOUIS XIII.
« Priez, Priez, mon fils se laisse toucher » disait la Vierge à Pontmain en 1871 avant de stopper les troupes prussiennes avant leur entrée en Bretagne !

Je vous laisse le soin de conclure !
Ecrit le Vendredi Saint 19 avril2019, 

R Ch.






mercredi 17 avril 2019

Le courrier de ce jour présente le numéro 126 de Savoir

Courrier de l'Ouest, 17 avril 2019

Notre-Dame de Paris - La réaction de Philippe de Villiers


Texte écrit pour Le Figaro du 17 avril 2019

« Nous sommes tous des bâtisseurs »


Ce fut une nuit blanche. Sans sommeil. Une nuit tragique. Une nuit allégorique aussi. D’abord il y eut les flammes, le ciel assombri par les nuages de soufre, le silence sépulcral, – un silence de cathédrale –, tout autour de cette arche de feu, immolée, sans défense ni secours. La foule des errants de la post- mémoire, qui regardait, bouche ouverte, incrédule : « Notre-Dame brûle ! ». Puis, brandies par des nacelles, comme des coquilles de noix face à la mer de feu, les lances sont arrivées, trop courtes, dérisoires. On aurait dit des seaux d’eau du Moyen-Âge. La bataille est perdue d’avance.

dimanche 31 mars 2019

Savoir 126 chez vous dans quelques jours !

Cliquez sur l'image pour lire un extrait de la revue
     Le numéro 126 de la revue Savoir sort de l'imprimerie. Il roulera vers vous au plus tard mercredi. Vous voudrez bien nous excuser pour ce retard indépendant de notre volonté.
Nous allons reprendre maintenant notre rythme normal de publication puisque le numéro 127 est terminé et qu'il sera acheminé vers vous avant la fin avril. Il faut en effet tenir compte de l'imprimeur et de la poste. Il s'agira d'un numéro spécial consacré à certains aspects peu connus de la cinquième guerre de Vendée, "la chevauchée romantique" de 1832. Un numéro "bichonné" durant plusieurs mois par le principal rédacteur, notre président.

     Mon mari me charge de remercier tous ceux qui ont pris de ses nouvelles. Ce que je fais ici, en y ajoutant toute ma reconnaissance et en nous excusant, devant l'abondance de votre courrier, de n'avoir pu répondre à tout le monde. Vous ne pouvez imaginer ce que ces petits mots de soutien peuvent faire du bien dans ces moments-là. Ces soucis nous ont contraints à bouleverser les sommaires des revues 126 et 127. 

lundi 25 mars 2019

A propos de la veillée vendéenne du 30 mars à la Salle-et-Chapelle Aubry

Courrier de l'Ouest, 25 mars 2019


Dominique Lambert de La Douasnerie est au regret de vous annoncer qu'il ne pourra pas, 
pour des raisons de santé, animer cette conférence prévue de longue date. 
Il vous prie de l'en excuser.

mardi 12 mars 2019

Enfin un ouvrage indispensable !

      Une jeune maison d'édition, La Chouette de Vendée, vient de publier un livre particulièrement utile.
 L'auteur est bien connu des milieux vendéens pour avoir signé précédemment un maître ouvrage sur la campagne d'outre-Loire.
   Cette fois c'est un tout autre sujet qu'il aborde : Les armes de récompense aux vétérans des armées de l'Ouest. 

dimanche 17 février 2019

Quatre marins dans la Grande Guerre

Cet ouvrage signé du lieutenant de vaisseau (RCIT), Didier Besseau, récemment décédé, vient de paraître aux éditions La Chouette de Vendée (4, La Gerbaudière, 85140 Saint-Martin-des-Noyers). L'auteur ne nous est pas inconnu. Il fut, en effet, membre de la Vendée Militaire durant quelques années. Ces quatre marins - Jean-Marie Allo (1875-1939), Aristide Moyon (1885-1972), Pierre Perraud (1891-1962) et François Angibaud (1886-1915), tous de la région nantaise, font chacun l'objet d'une biographie détaillée et abondamment illustrée. Maurice Bedon, ancien conseiller général, collectionneur et historien du pays de chantonnay, bien connu des lecteurs de Savoir, est l'auteur du commentaire publié en page 4 de couverture. Il écrit : "Un ouvrage comme celui de Didier Besseau (...) est précieux parce qu'il nous fait vivre de l'intérieur le parcours humain de soldats ordinaires, qui n'étaient pas prédestinés à vivre ces événements tragiques. D'autant plus que le rôle de la marine ("la Royale") dans ce long conflit est assez mal connu". 

Ce petit livre joliment imprimé ravira ceux qui se passionnent pour l'histoire du premier conflit mondial et les amoureux des livres (Prix 16,90 euros + 3,20  euros de frais de port).

D.L.



samedi 9 février 2019

Le bien commun n°4 vient de paraître

Dans le numéro 4 du bien commun, 
voici l'article de F. Martcilhac, sur la mort du comte de Paris et "l'avènement du duc de Vendôme". Abonnement au bien commun, écrire au :
CRAF, 10 rue Croix-des-Petits-Champs - 75 001 Paris
version papier :70€/an pour 11 numéro ou 50€ version numérique
Vous pouvez également cliquez sur le lien suivant:




jeudi 31 janvier 2019

Couverture du prochain numéro de Savoir

La 126 ème livraison de Savoir est presque terminée. Vous devriez recevoir ce numéro, riche en inédits, dans le courant du mois de février.  Vous avez été très nombreux à vous inquiéter du retard de la parution de ce numéro. Un article sur un banquier de la duchesse de Berry nous a singulièrement compliqué la vie... ce qui explique notre retard. Vous voudrez bien nous excuser. Nous essaierons de respecter au plus près les dates de parutions de l'année 2019. Pour vous mettre l'eau à la bouche, le numéro à  paraître au mois de février contiendra un article inédit sur le génocide vendéen. Le numéro 127 sera publié dans la foulée mi-avril. Il sera le premier de l'année 2019. 

Vous avez été très nombreux à répondre à nos bons vœux publiés sur ce blog.
Nous vous en remercions chaleureusement.


lundi 21 janvier 2019

Réaction de l'Action française - Ile de France à la mort du comte de Paris


S.A.R. Monseigneur le duc de Vendôme annonce la mort de son père S.A.R. Monseigneur le comte de Paris


La Vendée Militaire présente à Monseigneur le duc de Vendôme et à toute la famille royale ses très respectueuses condoléances et l'assurance de ses prières.

Messe pour Louis XVI et les victimes de la Révolution


Offerte par la Vendée Militaire, une messe, pour Louis XVI et les victimes de la Révolution, aura lieu dimanche 27 janvier 2019,
 en la chapelle Saint-Joseph, à Chemillé (14 rue du Presbytère) à 10h30.
 La messe sera célébrée dans le rite traditionnel.
Renseignements : Vendée Militaire, 2 avenue de la gare, 49123 Ingrandes-Le-Fresne-sur-Loire
 tél : 02 41 39 25 36

lundi 7 janvier 2019

Vœux aux Français de Mgr le Prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, à l'occasion de la Fête des Rois.


Le 6 janvier :
Chers Français,
Votre immense cri de désespoir a marqué la fin de l’année écoulée. Désespoir de n’être plus entendus, ni écoutés comme si vos souffrances avaient moins d’importance que les normes et les règlements.  Comme si votre vie quotidienne ne comptait pas ou plus. Comme si des mots pouvaient suffire à nier les réalités.
Ce cri ne doit pas demeurer vain, mais il ne s’agit pas non plus de se tromper d’objectif. Certes, si des rattrapages en de nombreux domaines, et notamment, en matière de niveau de vie sont nécessaires, ils ne doivent pas être une fin en soi cachant l’essentiel. Les mesures ne doivent pas être uniquement conjoncturelles et sectorielles.

jeudi 3 janvier 2019

Mémoires d'un ouvrier vigneron royaliste

Charles Maurras
     Si l'on croit que l'Action française d'avant-guerre était essentiellement composée de "grands propriétaires aristocrates", on se tromperait très lourdement. Elle comptait, certes, dans ses rangs des représentants des grandes familles françaises appartenant à la noblesse. Certains jouaient même un grand rôle dans le mouvement. Tout cela est facile à vérifier en lisant le journal, les Almanachs et l'immense bibliographie consacrée à l'A.F. Elle comptait de très nombreux étudiants parmi les camelots du roi, organisation chargée de vendre l'A.F. à la criée dans les rues. L'A.F. était un mouvement intellectuel très rigoureux et son maître à penser, Charles Maurras, a été qualifié comme le "plus grand tentateur de l'intelligence qui soit". Il serait fastidieux de dresser un état des hommes politiques qui furent séduits par Charles Maurras : De Gaule, René Pléven, Mitterand, même Edgar Faure qui porta dans sa jeunesse, pour peu de temps il est vrai,  la fleur de lys de l'A.F. Parmi les écrivains et les artistes on pourrait citer Jules Lemaître et François Périer, d'autres encore.... Je ne veux pas évoquer les monarchistes de pacotille qui encombrent aujourd'hui les chaînes de télé.