Le numéro 127 de Savoir chez vous d'ici une dizaine de jours...

samedi 31 mars 2018

Savoir n°123, bientôt chez vous. Un numéro enrichi de 4 pages supplémentaires !

   La nouvelle livraison de notre revue trimestrielle Savoir est maintenant chez l'imprimeur. Elle nous sera livrée à la fin de la semaine prochaine.                           Ce numéro contiendra 56 pages, soit quatre pages supplémentaires. Un numéro exceptionnel par le choix des articles, la qualité des auteurs et l'importante iconographie particulièrement riche et inédite.               Notons des portraits peu connus d'une célèbre famille vendéenne. A découvrir aussi deux dessins très rares du château de la Durbelière, château aujourd'hui sous le regard bienveillant de Stéphane Bern.                     Au sommaire de ce numéro :  Henry Renoul, signe un éditorial flamboyant, comme d'habitude ; Patrick Buisson, politologue, directeur de la chaîne histoire et historien, membre de la Vendée Militaire, accorde un entretien à Dominique Lambert de La Douasnerie ; Xavier Maudet, journaliste et historien, évoque la famille Chauvin de Boissavary ; Tanneguy Lehideux nous parle de M. de Sécepaux, le célèbre général chouan, beau-frère de M. de Bonchamps.              Enfin Dominique Lambert de La Douasnerie nous livre le troisième et important volet des biographies entrecroisées de Tonnelet et de Stofflet.
     La revue contiendra deux invitations. L'une pour la Chapelle Expiatoire, le 23 mai, où Dominique Lambert de La Douasnerie prononcera une conférence sur La Monarchie et la Vendée et l'autre pour la Journée de la Vendée Militaire, le 2 juin à La Tourlandry.
Un numéro particulièrement riche et beau.
Les personnes n'appartenant pas à la Vendée Militaire, mais qui souhaiteraient découvrir notre revue, peuvent nous faire la demande d'un exemplaire spécimen de Savoir en nous adressant leurs adresses postales par mail à : vendee.militaire@gmail.com
Le prochain numéro, le 124, de la revue Savoir, contiendra une surprise de taille! 
     On découvrira l'existence d'une sœur inconnue du général Nicolas Stofllet, devenue comtesse de .....  Incroyable mais vrai ! On apprendra encore que le comte Colbert Maulévrier assistait à ce splendide mariage. La signature, en effet, du noble comte côtoie celle de Marin-Thomas Stofflet. C'est grâce à ce mariage que l'on a retrouvé la trace du père du général Stofflet, lequel était considéré, dès 1779, comme " disparu depuis longtemps ". C'est dire l'amitié qui régnait, déjà avant la Révolution, entre les deux familles... Une enquête commencée dès 1970. Difficile à croire et pourtant ! Non ce n'est pas un poisson d'avril.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire