27 juillet 2019 : journée vendéenne à Maulévrier autour du général Stofflet. Venez nombreux

mercredi 17 avril 2019

Notre-Dame de Paris - La réaction de Philippe de Villiers


Texte écrit pour Le Figaro du 17 avril 2019

« Nous sommes tous des bâtisseurs »


Ce fut une nuit blanche. Sans sommeil. Une nuit tragique. Une nuit allégorique aussi. D’abord il y eut les flammes, le ciel assombri par les nuages de soufre, le silence sépulcral, – un silence de cathédrale –, tout autour de cette arche de feu, immolée, sans défense ni secours. La foule des errants de la post- mémoire, qui regardait, bouche ouverte, incrédule : « Notre-Dame brûle ! ». Puis, brandies par des nacelles, comme des coquilles de noix face à la mer de feu, les lances sont arrivées, trop courtes, dérisoires. On aurait dit des seaux d’eau du Moyen-Âge. La bataille est perdue d’avance.

Les flammes grandissent. On voit de très loin, au-dessus des immeubles, une danse infernale sur le pont du grand vaisseau de haut bord. Ce sont les chênes de saint Louis qui se consument. La grande nef du monde pour la plèbe de Dieu va s’effondrer.
Puis, par une coïncidence d’une cruauté démoniaque, juste à la prise d’antenne du « 20 heures », la fameuse flèche gracile où rien ne retenait l’envol de l’âme cède au bûcher qui l’embrase. Elle se couche comme une image au ralenti, avec une élégance qui nous rappelle son souffle d’exquise poésie. La flèche de feu
2 nous transperce le cœur. Il n’y a plus de paratonnerre. «Eli, Eli, lama
sabachthani. » Mon Dieu, pourquoi nous avez-vous abandonnés ?
Il est minuit. De tous côtés, depuis les quatre horizons, les larmes coulent sur toutes les joues de France, les plus viriles, les plus laïques. Dans les grandes épreuves, la France retourne à ses enfances, retourne à Notre-Dame. La cathédrale va disparaître. On veut lui tenir la main pour l’agonie. Il en a toujours été ainsi...
Je repense en cet instant à l’allocution poignante du président du Conseil, Paul Reynaud, qui, le 10 mai 1940, quand le pays roule à l’abîme, se dirige vers Notre- Dame, en s’écriant : « S’il faut un miracle, alors je crois au miracle ! »
Un miracle, il en faudrait un. Tout de suite. Bientôt, c’est l’alarme : le ciel se charge, il a mauvaise haleine : la couronne d’épines est sans doute perdue. Le grand orgue, si fragile, se sera disloqué dans les poutres calcinées. Les tours sont attaquées, elles ne résisteront pas. La cathédrale va s’effondrer sur elle-même. C’est le temps de la prostration, c’est la fin d’un monde. Demain matin, tout ne sera plus que poussière.
Notre-Dame de Paris, c’était la France. Pour le peuple français, longtemps elle fut sa maison. Elle l’est encore un peu pour les chasseurs d’images désaffiliés qui n’ont plus les clefs pour comprendre. Notre peuple y a déployé les expressions les plus pures de son génie créateur. Au temps des Croisades, quand la lumière commandait à la pierre, il a entassé dans cette arche de Noé, dans ce vaisseau renversé, nos forêts, nos jardins, nos soleils levants, mais aussi sculpté nos chimères et nos grimaces et glissé dans les tuyaux d’orgue jusqu’à nos tempêtes intimes. C’était un appel, accroché aux fraises et aux chapiteaux. Des petits désespoirs faisaient une grande espérance. C’était un secret de France, c’était le nombre d’or d’un peuple croisé qui donne des ailes à la pierre. C’était l’élan
d’une religion incarnée. Tout cela n’est plus que braises ardentes et plomb fondu. « Il ne restera rien » murmure-t-on au cœur de cette nuit implacable qui nous consume.
Et voici qu’à l’aube naissante, un deuxième temps commence. Le temps de l’éveil : les tours sont encore là, on nous annonce que la couronne d’épines a été sauvée, que le grand orgue a été épargné ; et puis on nous assure un peu plus tard que « les fondamentaux sont intacts ». Un miracle dans le malheur.
La foule, qui est restée pour l’ultime désarmement du vaisseau, n’en croit pas ses yeux : Notre-Dame est encore debout.
Dans les poitrines oppressées, on entend fredonner le Te Deum de Charles VII, qui éclate sous les voûtes éventrées, le même que pour le vœu de Louis XIII qui avait consacré la France à la Vierge Marie. On entend l’écho lointain du Requiem du service solennel des funérailles de Turenne et celui du 17 novembre 1918. On sait maintenant que le gros bourdon Emmanuel qui s’est mis à sonner à toute volée le 24 août 1944, quand nos armées sont entrées dans Paris, pourra, demain comme hier, à nouveau annoncer nos joies et nos deuils.
En cet instant où l’aurore contredit les dernières fumées vaincues par les soldats de feu qui ont escaladé les tours comme Quasimodo, au risque de leur vie, je ressens en moi charnellement, qui vibre, toute cette France des hautes nefs immémoriales. Je vois une foule chantante, un grouillement d’âmes simples, qui entonnent un hymne à l’unité profonde de la symphonie millénaire, l’accord parfait du burin sur la pierre et du souffle de l’esprit. Saint Louis, sur son lit de cendres, qui appelle à voix basse : « Ô Jérusalem... »
Cette œuvre vive n’est pas morte. Et dans les rues, dans les campagnes, court partout le même appel : « nous sommes tous des bâtisseurs ». Nous allons prendre la main de ces chevaliers tailleurs qui ont adoubé la pierre, l’ont anoblie
3

et spiritualisée. Ces pieux oeuvriers qui ont usé leurs ans sur ce chantier, nous allons leur redonner vie. Leur offrir notre compagnonnage, vivre de leurs ardeurs et tirer leurs charrois. Reprendre à notre compte leurs ferveurs. Redécouvrir qu’une nation ne survit pas sans pierre d’angle.
Oui, ce fut une nuit allégorique. Car Notre-Dame nous a envoyé un premier signe : aucun trésor des œuvres humaines n’est éternel ! Puis un second : Notre- Dame est sauvée ! Notre Dame a sauvé Notre-Dame.
Le vœu de Louis XIII est là, rajeuni par l’épreuve : la France ne peut pas mourir. La première dame de France nous a ainsi rappelés à nos racines chrétiennes, à nos filiations, à notre dette abyssale, au mystère d’un peuple insouciant mais tourné vers les grands embarquements.
La cathédrale Notre-Dame de Paris va renaître de ses cendres. C’est une belle allégorie française. Le chœur de la France s’est arrêté un instant, comme par un avertissement eschatologique, mais il bat encore. Il bat dans le cœur des nouveaux bâtisseurs de Notre-Dame.
Philippe de Villiers, Créateur du Puy du Fou 
Courrier de l'Ouest, 17 avril 2019

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire